Green Award pour le coup de balai d’Orange

Si comme la team We Are COM vous rangez vos emails dans un dossier très justement nommé « A ranger » ou que votre espace de stockage crie à la saturation, alors cet article est fait pour vous !

A l’occasion des Deauville Green Awards, nous avons découvert un nouveau concept : l’e-cleaning. Là, nous avons eu un « clic » (pas encore un « déclic » avouons-le). La technologie peut rimer avec écologie, si l’électricité qui fait tourner nos ordis et autres serveurs n’est pas inutilement utilisée à stocker des fichiers sans intérêt, désuets ou en double. Alors, nous avons visionné le film pédagogique « E-cleaning days » d’Orange, gagnant du Green Award d’Or 2016 au festival Deauville Green Award, qui récompense chaque année depuis 5 ans les meilleurs films institutionnels autour de la thématique du développement durable et des éco-innovations. Franchement là, nous avons eu le « déclic ».

Après avoir supprimé notre dossier « A ranger » (ok nous avons créé un second dossier… « A trier », on ne se refait pas !), la team We Are COM a rencontré les initiatrices de ce beau projet : Christine Hermann, Directrice Communication de la RSE chez Orange, et Anne Imbert, Directrice Audience et Image chez Orange, pour nous parler de COM RSE et pas seulement.

Bonjour Anne, Bonjour Christine, et bienvenue sur We Are COM ! Cette année, Orange a été distingué pour son film « E-cleaning days » qui encourage à supprimer ses mails inutiles pour limiter la consommation énergétique engendrée par leur stockage. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre démarche ?

Anne Imbert : En tant qu’acteur clé du secteur des télécoms et opérateur responsable, Orange a un rôle à jouer en termes de pédagogie et d’accompagnement des bonnes pratiques et des usages raisonnés. La vidéo « E-cleaning days » s’inscrit pleinement dans cette démarche et fait partie d’un dispositif de communication plus global autour de la RSE, pour lequel les équipes de la Communication Corporate et la Communication RSE d’Orange ont travaillé main dans la main.
Christine Hermann : A chaque prise de parole RSE, nous nous devons de proposer quelque chose de juste, de visible et d’engagé. C’est notre leitmotiv ! Il est essentiel pour nous d’être crédibles et de démontrer que nos actions de communication ne sont pas simplement un vernis.

Pourquoi avoir choisi la thématique du stockage des e-mails pour illustrer les engagements d’Orange ? Ce traitement est-il représentatif de la façon dont vous abordez la communication RSE ?

Anne Imbert : A travers ce film, l’idée était de sensibiliser le grand public – à la fois les collaborateurs d’Orange et le public externe – à l’impact négatif que peut avoir le numérique sur l’environnement. Cet aspect reste encore méconnu !
Christine Hermann : Nous avons donc choisi de valoriser les « E-cleaning days » parce que c’est une solution simple, que tout le monde peut appréhender et mettre en œuvre à son niveau.
Anne Imbert : Ainsi nous avons opté pour un traitement positif, ludique et animé, pour appuyer ce discours que nous n’avons voulu ni anxiogène ni culpabilisant.
Christine Hermann : De plus, cette action est tout à fait cohérente avec nos engagements en matière de RSE et la façon dont nous abordons ces problématiques. Pour preuve : dans le cadre de ce dispositif de communication, nous avons également travaillé avec l’organisme Carbone 4, qui nous a accompagné de la conception à la mise en œuvre de l’opération, pour garantir une campagne la moins impactante possible en termes de consommations énergétiques. Notre mission est d’accompagner au mieux la digitalisation du monde, que ce soit à travers notre politique RSE, notre R&D ou encore notre fondation d’entreprise.
Anne Imbert : J’ajouterais que nous voulons exprimer une vision positive du monde, c’est dans l’ADN de notre marque ! C’est dans cette direction que nous avançons, et que nous avons fait évoluer nos codes de communication : plus humains et plus digitaux.

La communication RSE, et plus globalement la communication corporate, est-elle vraiment un atout au sein d’un secteur d’activité aussi concurrentiel que le vôtre ? En résumé, contribue-t-elle à faire la différence auprès des consommateurs au moment de l’acte d’achat ?

Anne Imbert : Nous évoluons sur un marché ultra concurrentiel, et nous avons l’intime conviction que l’image de marque apporte ce petit supplément d’âme, une fierté d’appartenance auprès des collaborateurs et une préférence chez les consommateurs. Oui, pour nous, cela fait la différence ! Nos communications – interne, direction générale et grand public, sont en totale cohérence et se nourrissent. Cela aussi fait la différence. Les baromètres tels que « Marques positives » ou « Meaning brands » viennent appuyer ce constat et montrent que les consommateurs recherchent les marques qui ont des convictions et mènent des actions qui contribuent à apporter plus de positif dans le monde.

 

Envie de découvrir l’intégralité du palmarès 2016 des Deauville Green Awards ? > C’est ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *