10 conseils pour gagner en visibilité sur internet

Référencement internet

La Team WAC a discuté avec Olivier Andrieu, la référence du référencement en France. Marque naissante ou centenaire, toutes doivent se battre pour exister sur internet. Un vrai défi de communicant ! Alors pour se mettre à jour et progresser, on a posé 10 questions SEO au « pape du référencement ». Let’s Go(ogle) !

 

Dois-je mener des actions spécifiques pour protéger ma marque sur internet ?

En termes de SEO (référencement naturel), on parle surtout de cybersquatting c’est-à-dire la lutte contre les « petits malins » qui rachètent des noms de domaine proches de ceux de votre marque. Il n’existe pas de recette miracle dans ce domaine : acheter les noms de domaine les plus évidents pour éviter qu’on vous les « pique » reste l’action la plus efficace.

Mais l’Icann (l’organisme qui gère les « extensions » comme les .com ou .fr) ne facilite pas les choses en créant des centaines de nouvelles extensions (.shop, .xyz, .paris, .alsace, etc.). Impossible dorénavant d’acheter sa marque pour toutes ces extensions, cela coûterait une fortune ! On essaie donc de « faire au mieux » sur les extensions les plus courantes. Mais ce n’est pas évident. Notons ici qu’au niveau SEO, ces nouvelles extensions sont considérées par Google comme des .com. Donc, rien de plus, mais rien de moins non plus. Et pas réellement d’impact en référencement naturel.

Doit-on penser « 100% Google » ou faut-il prendre en compte d’autres moteurs de recherche ?

Aujourd’hui, en France, Google a environ 95% du marché du « search ». Il s’agit donc d’une situation hégémonique. Et cela ne devrait pas changer.

Aux Etats-Unis, Bing est un concurrent sérieux avec 30% de part de trafic (et « seulement » 65% pour Google). Ensuite, quelques pays qui résistent encore et toujours à l’envahisseur US : Russie (Yandex), République Tchèque (Seznam), Chine (baidu), Corée du Sud (Naver), etc. mais cela reste des exceptions.

Les réseaux sociaux peuvent-ils être une source de trafic importante pour mon site internet ?

Oui, clairement. Il faut bien noter que les réseaux sociaux n’ont aucune influence directe sur les classements de Google – même pas Google+ !. Google ne prend pas en compte les signaux sociaux (liens, J’aime, partages, commentaires, nombre de fans ou de followers, etc.). En revanche, ils ont le grand avantage de générer du trafic et, justement, de nous faire devenir moins dépendants de Google, ce qui est plutôt une excellente chose non ?

J’essaie le plus souvent possible de faire passer le message suivant : il ne faut pas que Google génère plus de 50% du trafic global sur votre site, car il s’agit d’un trafic qu’on ne maîtrise pas à 100% et qui provient d’un acteur qui sera, un jour ou l’autre, votre concurrent. Les réseaux sociaux permettent justement de se dissocier de ce trafic !

« Ok Google ». Quid des requêtes vocales ? Est-ce le même travail de référencement ?

Les algorithmes de Google sont en train de se muer à la recherche vocale. Là où, pendant des années, on tapait des mots clés dans un formulaire de recherche, Google estime qu’à l’avenir les internautes vocaliseront leur recherche en parlant à leur mobile. Le moteur s’adapte donc à la compréhension de questions vocales.

Le SEO s’adapte aussi : il faut désormais avant tout répondre aux questions des internautes, et donc les identifier en amont. C’est une évolution forte et indispensable de notre métier pour les années qui viennent.

Le référencement peut-il être local ?

Oui, bien sûr. Le référencement local s’article notamment au tour de Google My Business et du « pack local » (les 3 liens qui s’affichent en-dessous de la carte Google Maps lorsqu’on tape une requête de type « hôtel Paris » ou « restaurant Lyon »). Les 3 principaux critères sont : la pertinence de la fiche My Business (le fait qu’elle soit remplie du mieux possible), l’autorité (citations, avis, liens, etc.) et la proximité géographique par rapport à la position de l’internaute au moment où il pose sa question.

Les liens publicitaires (Adwords) ont-il un effet bénéfique sur le référencement naturel de mon site ?

Oui, de façon naturelle : acheter de l’Adwords génère du trafic sur un site et Google prend en compte ce trafic. Donc le SEA (référencement payant) peut avoir un incidence sur le SEO. Mais les budgets mensuels nécessaires sont plutôt à 5 chiffres pour voir un réel impact. Pas évident donc…

Comment référencer ses vidéos ?

On ne parle plus vraiment de « référencement vidéo » sur Google car le moteur de recherche n’insère quasiment plus de vidéos dans ses pages de résultats (comme il le fait avec les actualités et les images). Cela arrive encore, bien sûr, si l’on recherche spécifiquement une vidéo, mais globalement, ce type de résultat est maintenant indiqué dans l’onglet « Vidéos » des pages de résultats. En gros, le « référencement vidéo » se résume aujourd’hui à la question « comment être bien référencé sur YouTube ? » [NDLR : Un autre vaste sujet que la Team WAC couvrira bientôt !]

Rédiger pour le web : un style différent ? Comment s’y prendre simplement ?

Simplement, c’est impossible à dire ici 🙂 Il existe des méthodologies qui fonctionnent bien. L’idée est avant tout de proposer un texte (au moins 200 mots) intéressant et surtout très riche sémantiquement, avec un champ lexical étendu (des synonymes, des mots connexes…), orientés autour d’un concept unique par page, le tout dans une structure techniques (balises H1-H6) bien maîtrisée. C’est un peu vite résumé, mais il y a l’essentiel ! Le but est de faire plaisir à l’internaute en tenant compte des contraintes des algorithmes de Google. Et pas l’inverse 🙂

HTTP vs HTTPS ? Est-ce important ?

Aujourd’hui oui. La tendance au passage à l’HTTPS est clair et dans quelques années (mois ?), tous les sites seront en HTTPS. Depuis quelques semaines, on voit que les sites en HTTPS se positionnent mieux. Il est donc temps d’y passer.

Quelles tendances pour 2017 ?

Elles sont claires : mobile, vocale et sémantique. Le SEO tournera autour de ces 3 mots clés en 2017 !

 

Olivier Andrieu est Consultant SEO indépendant, auteur d’une quinzaine d’ouvrages sur le référencement et créateur de la societe Abondance et du site www.abondance.com

twitter

1 Comment

  • La dernière phrase résume bien les véritables tendances SEO actuelles (mobile, vocale et sémantique). Mais on ignore jusqu’à présent les véritables intentions de Google quand on combine le Rankbrain (intelligence artificielle), l’AMP et la mise à jour Phantom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *