Le boom de l’eSport !

💣 Littéralement « sport electronic », l’eSport désigne la compétition virtuelle. Loin du sport traditionnel, il n’en reste pas moins une véritable discipline. Des pro-gamers surentrainés, un public engagé, des amateurs toujours plus nombreux, des évènements colossaux. Et bien sûr de la communication ! Seul ou en équipe, en physique ou en ligne, l’eSport remplit les stades et génère des milliards d’euros. Il est même question de l’intégrer aux Jeux Olympiques de Paris, en 2024 !🏅

Alors, l’eSport : à ne plus négliger pour vos prochains partenariats ? Pour cet atelier, le Club We Are COM 🚀 a invité à sa table 4 entreprises engagées dans ce phénomène : Crédit Agricole, Randstad, Alain Afflelou et Red Bull. Top ! C’est parti. 

L’eSport sera bientôt le sport
le plus populaire du monde !

Elon Musk, Directeur Général de SPACEX

Mais d’abord, l’eSport, quésaco ? 

Le concept voit le jour en 1972, lorsque des étudiants organisent un tournoi autour du jeu « spacewar ». L’évènement « Intergalactic spaceware olympics », sera sans le savoir, à l’origine d’une véritable industrie, qui ne cessera de florir. 💶 Aujourd’hui, les prizepools, à savoir les cotisations des joueurs, s’élèvent à plusieurs millions d’euros. On prévoit pour 2021 plus de 1,1 milliards de recettes totales pour cette activité en pleine croissance (+445% au cours des cinq dernières années). Ce n’est donc pas pour rien que notre président, Emmanuel Macron, s’intéresse lui aussi à ce phénomène ! 🤓

Mais ce n’est pas tout. Les téléchargements de jeux ont explosé au cours du confinement. On a ainsi pu assister à un bon de 30% des téléchargements sur smartphone au mois de mars 2020, par rapport aux moyennes du quatrième trimestre de 2019. 

Qui sont les acteurs de l’eSport ? 

🌍 On compte, à l’échelle mondiale, plus de 2 millions de participants et 5 millions de consommateurs. L’eSport représente la seconde communauté de licenciés de France, derrière celle de l’indétrônable football ⚽️. Loin de l’image du « geek » que l’on peut se forger à priori, le public est en réalité très hétérogène :

  • Il exerce en parallèle d’autres activités physiques, sociales et culturelles. Par exemple, 60% d’entre eux déclarent faire du sport de manière régulière. 
  • Il y a une forte recrudescence de la pratique du eSport dans les catégories socio-professionnelles les plus élevées
  • Chez les 15-34 ans, les femmes sont presque aussi nombreuses que les hommes dans la pratique du gaming.

📈  Le marché de l’eSport touche un large panel d’individus mais également un large panel de secteurs. Il y a tout d’abord l’industrie du jeu vidéo. Vient ensuite l’évènementiel via les compétitions, puis toute la technique de retransmission, qui passe en général par des plateformes. Le tout, soutenu par des talents, des médias et des marques. Bref, il est grand temps de se sentir concerné !

Focus sur la « map des gamers » du Crédit Agricole

« On peut accrocher des cibles avec des sujets auxquels elles s’intéressent ! » nous livre l’équipe communication clients. En effet, la banque a su surfer sur cette nouvelle tendance pour séduire un public plus jeune.

Quelle stratégie de communication ? 

L’objectif du Crédit Agricole IDF : gagner en légitimité en proposant des dispositifs utiles à cette nouvelle pratique sociétale. Pour cela, l’équipe a choisi de développer l’ultra-local, en soutenant les structures d’Île-de-France. Un parti pris en cohérence avec l’ADN de la caisse régionale. Au programme, une communication à la fois en interne et en externe visant à accroître la préférence de marque et conquérir de nouveaux clients (notamment les jeunes franciliens, de plus en plus hermétiques à la publicité en ligne). 

Le nouveau service : LA MAP DES GAMERS

Pour mettre en place cette stratégie, le Crédit Agricole IDF s’est appuyé sur le site affinitaire Globe-Trotter Place. Il accompagne les jeunes franciliens dans leur vie de tous les jours, en partageant toutes sortes de bons plans (travail, logement, divertissement, voyage, etc). C’est donc sur ce site, qu’a été lancé la « Map des Gamers », une carte interactive qui catégorise l’eSport amateur et professionnel de la région. Elle référence les clubs et les structures, valorise les équipes, tout en permettant aux caisses locales d’identifier les initiatives à soutenir. Un dispositif attractif pour les jeunes adeptes qui permet à la marque d’asseoir sa légitimité en la matière. 😎

La stratégie de Randstad 

Randstad, géant mondial des ressources humaines a également investi cette nouvelle discipline.  C’est en 2017, que l’équipe communication a signé son partenariat avec l’Electronic ESport League, soutenant l’évènement phare du gaming, la Paris Games Week. Leur choix : s’investir dans l’organisation du salon. 

Randstad multiplie ensuite les actions de sponsoring, en soutenant :

Et par rapport aux ressources humaines ?

Courant 2018, ils lancent randstad.game, une plateforme de recrutement dédiée aux gamers. Elle donne accès des fiches métiers du eSport, des conseils sur les formations, des informations sur les salaires… Et pour les amateurs, le quiz Jobcraft permet de leur soumettre des jobs (même au-delà du secteur du gaming).  

En 2020, Randstad démarre un nouveau partenariat avec Woman in Game. Un nouveau projet en faveur de l’inclusion des femmes !  

D’autres entreprises s’engagent

L’intérêt d’accrocher la communauté des gamers, n’est pas qu’une affaire de visibilité. C’est aussi une manière d’améliorer sa capacité à recruter de nouveaux talents. Entre autres, l’eSport est créateur de liens avec les jeunes diplômés, un public au profil dynamique et un certain esprit d’équipe. 

🔥 De grandes entreprises s’engagent de plus en plus dans le gaming ! Ce nouveau canal de communication est exploité depuis 2014 par Red Bull. Pour le leader de la boisson énergisante s’adresser à cette nouvelle communauté est devenu essentiel. L’équipe communication multiplie les actions « top of mind », c’est-à-dire des actions créant une notoriété spontanée. L’enseigne multiplie également les partenariats de renom : League of Legends, Dota 2, CS:GO, Fortnite


👓 La célèbre marque Alain Afflelou, quant à elle, vient puiser dans son ADN pour aborder le sujet de la prévention dans l’eSport. Tous les adeptes sont en effet confrontés aux risques liés aux écrans. L’équipe communication met ainsi en place des ateliers d’expertise. Alain Afflelou devient en 2020 le partenaire officiel de la Team Vitality, équipe leader à l’échelle internationale, et N°1 en France. 

Ce qu’il faut retenir pour être dans le game ?

On ne peut plus passer à coté du phénomène eSport ! Il constitue une véritable opportunité pour les marques, permettant d’accroitre l’attractivité employeur, tout en touchant un public toujours plus nombreux. Les jeunes y sont très présents, mais également les femmes. La discipline n’est plus réservée aux hommes et c’est tant mieux ! Un bon exemple : Little Big Whale, « pro-gameuse » de renom, qui compte plus de 293 000 followers sur Twitter.

⚽️ Aujourd’hui, les célèbres équipes sportives s’investissent elles aussi dans la pratique, notamment avec Ultimate QuaranTeam, un tournoi FIFA où s’affrontent, derrière leurs écrans, des joueurs professionnels du ballon rond.

🏎. D’autres ont également flairé le bon filon ! Evoquons pour finir l’engagement du secteur de la Formule 1 . Le sport automobile qui souffrait de ne plus attirer les plus jeunes, a vite compris comment redorer son image auprès de ces tranches d’âge.   

Allez, maintenant à vous de jouer ! 

***

Rejoignez le Club We Are COM

Le Club We Are COM permet aux équipes Communication en entreprise de progresser ensemble grâce à des moments de partage de bonnes pratiques uniquement entre pairs, tous secteurs confondus. Objectif : 1h30 d’immersion une fois par mois sur des cas pratiques, des réponses concrètes aux grands défis de la COM. Un échange en toute transparence et indépendance basé sur des retours d’expérience : 0% autopromomotion, 100% conviction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *