La Nano-Influence : nouvelle astuce ? 🤔

L’influence, vous connaissez ? Oui ! Mais êtes-vous véritablement au point sur la nano-influence ? Le team We Are COM tente de décrypter ce phénomène émergeant, parce qu’aujourd’hui il devient possible de faire du CtoC (consumer-to-consumer) pour un coût dérisoire. 😯 Alors, quelles sont les bonnes pratiques de ce canal de communication si particulier et quelles en sont ses limites ? Vous nous suivez ? À vos bloc-notes ! 📝

La nano-influence : quésaco ? 

De plus en plus, l’avis des grands influenceurs et des célébrités se sclérose auprès des consommateurs, préférant davantage faire confiance à un individu auquel ils peuvent s’identifier. 🙏 La crise Covid a plus que jamais creusé cet écart entre les « people » de la toile et les internautes

En effet, la simplicité est devenue le maître-mot de la communication. Les clients demandent avant tout de la transparence, de la responsabilité et de la proximité. Ce sont précisément ces trois engagements que nous offre la nano-influence. Avouons-le, les campagnes publicitaires massives n’ont plus véritablement la côte. Nos cibles sont désormais à la recherche d’une relation plus authentique notamment avec les autres consommateurs. Et ce principe est bien sûr à prendre en compte par les marques !

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. 📊 D’après une étude Forbes-Musefind-Influence4you, 92% des consommateurs seraient plus enclins à suivre une recommandation d’un autre internaute. Ajoutons à cela les données de Barkley, dont l’étude dévoile que plus de 70% des consommateurs accordent plus aisément leur confiance à des influenceurs  « comme eux », de réels. Ce sont donc monsieur et madame tout le monde, qui constitueraient les nouveaux piliers de l’influence. L’échange entre semblables s’avère être à la fois plus authentique et plus ciblé. 🎯

Les limites, quant au nombre de followers d’un nano-influenceur font encore débat… De manière générale, la fourchette se situe entre 1000 et 5000 abonnés. La nano-influence est le canal de communication qui prouve que l’engagement ne dépend pas systématiquement de la popularité ! 

D’après une étude Hivency

Barrage à la fake-influence 

Des études mettent en avant ce phénomène nouveau de la « fake-influence ». Selon Hypeauditor, plus de 50% des comptes influenceurs sur les réseaux sociaux seraient suspectés d’activités frauduleuses, tant sur le nombre de followers, que sur les commentaires. 😱 

Si le nano-influenceur génère un tel engagement de la part de ses abonnés, c’est précisément parce que son compte est facilement certifiable. Ne courant pas derrière une notoriété à tout prix, il reste probe. Cette transparence est à la fois une garantie de confiance pour le consommateur, mais surtout pour nous autres annonceurs !

Lien de confiance et partage de valeurs 

Dans la nano-influence, le lien de confiance repose le plus souvent sur le partage de valeurs. Dans ce secteur particulier, l’influenceur se disperse moins dans ses placements produits. En d’autres termes, il ne se laisse pas écraser par ses partenariats. 

Si nous prenons l’exemple des marques de mode éthiques, qui se démultiplient, on constate qu’elles souffrent souvent d’un manque de budget au lancement. ♻️ Peu d’entre elles sont effet placardées dans le métro. Comment parvenir à se faire connaître ? Eh bien, à travers les blogs et les comptes de nano-influenceurs. Et cela fonctionne !  

De plus en plus les consommateurs tendent vers une consommation responsable : le made in France, le recyclable, le fait-maison, l’éco-tourisme, la mode éthique… La volonté de beaucoup est de consommer moins mais mieux. Cet adage vaut également pour la profusion de contenu. Le consommateur va préférer des interactions moins nombreuses mais plus qualitatives. La consommation de masse serait-elle devenue has been ?  ⬇️

Une création indépendante 

🎨 La nano-influence ce n’est pas faire passer le discours de votre entreprise via un intermédiaire. C’est demander à cet intermédiaire de produire son propre contenu ! Il doit se positionner en véritable créateur. Le lien de confiance en CtoC doit être préservé coûte que coûte. La cible ne veut pas dans ce cas précis se retrouver face à une publicité, une de plus. Le nano-influenceur doit pouvoir intégrer une marque à son quotidien, quand il en a envie et quand cela lui paraît pertinent, en fonction de sa ligne éditoriale.

Comment faire ? 

  • Tout d’abord sélectionnez vos nano-influenceurs ! 
  • Ne sous traitez-pas, vous devez entretenir avec eux une relation solide.
  • Chouchoutez-les ces « conso ambassadeurs » : déroulez-leur le tapis rouge, tout se jouera sur ce lien unique. 
  • Après un brief light, laissez-les faire, c’est belle et bien leur créativité qui leur fera faire des prouesses, dont votre entreprise tirera les bénéfices. 

Gardez bien en tête qu’une campagne marketing se finance, tandis qu’un bon amabassadorat s’obtient par le biais d’une relation privilégiée ! 

Des résultats sur le long terme 💪

La nano-influence ne se travaille jamais en one-shot, bien au contraire ! Les cibles que vous allez toucher ne passeront pas à l’acte instantanément. Cependant, votre marque aura désormais une existence dans leurs esprits. 🚀

Dans ce genre de stratégie d’influence, il ne faut pas succomber à la dictature du chiffre et du résultat. Le lien créé sera efficace uniquement sur le long terme. Rien n’est immédiat, mais c’est en cela que la relation sera d’autant plus solide et authentique. La Fontaine l’avait bien compris dans sa fameuse fable Le Lièvre et la Tortue : « Rien ne sert de courir, il faut partir à point » ! 🐢

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *