L’incroyable épopée des médias en 5 minutes top chrono !

Retracer plus de 5.000 ans d’histoire des médias en moins de 5 minutes ? ⏰ C’est possible, grâce à ce résumé absolument pas exhaustif de l’ouvrage de Jacques Attali “Histoires des médias : des signaux de fumée aux réseaux sociaux, et bien après.” La team We Are COM espère que ses petites antisèches vous donneront envie d’aller plus loin dans cette rétrospective médiatique, qui nous en dit long également sur l’avenir des communicants. 🤓 En effet, comme le dit si bien Jacques Attali : ” L’avenir ne peut s’entrevoir et s’appréhender uniquement en se penchant sur les lois du passé.” Vous en voulez encore plus ? Plongez ou replongez-vous dans cette synthèse d’un échange inédit entre le célèbre auteur et le Club We Are COM ! 🚀

📖 Il était une fois…

L’histoire des médias commence avant l’Homo Sapiens, avec les signaux de fumée et les cris, qui traversent déjà la Gaule à la vitesse de l’oiseau. Or ce sont surtout 3 grandes inventions apparues de manière simultanée, en -3300 en Mésopotamie, qui vont bouleverser les méthodes d’information : la domestication du cheval, l’invention de la roue et l’invention de l’écriture. Les premiers systèmes postaux se mettent alors en place. Et ce sont aussi les débuts de l’affichage public. On remarque d’ailleurs que l’information ne circule pas qu’autour des dirigeants : certains peuples comme les Hébreux témoignent d’une volonté de transmettre à leurs pairs.  

 📦 L’information devient marchandise

Du 1erau 14èmesiècle, c’est « le temps des messagers ». Certaines nouvelles mettent à peine 3 jours pour parcourir 1.000 kilomètres. Les courriers des papes utilisent les réseaux de sociétés marchandes. Et pour désigner la nouvelle, on utilise le mot « nove », qui donnera plus tard le mot « news ». C’est à cette époque que les avvisi, les ancêtres des journaux, font leur apparition. Les marchands créent alors des réseaux postaux privés et l’information elle-même devient une marchandise. C’est aussi le début des premières manipulations. Jacques Attali raconte par exemple qu’une lettre d’un certain Frère Jean décrivant un royaume fantastique circule en Europe pour stimuler les croisades.

💥 Le BOOM de l’imprimerie

Durant les deux siècles suivants, les systèmes postaux se développent et c’est surtout la naissance de l’imprimerie, avec la Bible de Gutenberg, en 1452. Les 300.000 exemplaires des 30 écrits de Luther génèrent même des droits d’auteur, best-seller oblige ! A Venise, on voit arriver les « novellanti », les premiers journalistes (qui se distinguent des marchands), puis la première newsletter à Londres et les premiers canards et libelles en France, les canards rapportant des faits imaginaires et les libelles des faits réels. 

📰 Le temps des journaux…

C’est au 17èmesiècle que les journaux font pleinement leur apparition, en reprenant notamment les nouvelles des avvisi. On entrevoit déjà des annonces publicitaires pour des libraires, des universités, notamment dans la Gazette de Leyde. En France, la censure ne permet pas à la presse de se développer. Une anecdote intéressante extraite des Histoires des médias : Téophraste Renaudot, nommé commissaire aux pauvres est financé par Richelieu pour créer sa propre imprimerie et écrire une Gazette. Il devient ainsi un véritable propagandiste du pouvoir en place et obtient alors l’exclusivité pour la publication des informations sur la France et… sur le monde ! 

Juste avant les révolutions, on voit émerger un vrai journalisme, encouragé par la liberté d’expression aux Provinces-Unies notamment. Certains journalistes hollandais parviennent même à vivre d’une plume libre. A Londres, la presse se développe petit à petit, grâce à la publicité, aux annonces, à de nouveaux formats comme les magazines (le Female Spectator étant par exemple le premier périodique créé par une femme en 1744) ou d’autres formats moins taxés comme le broadsheet. En France la censure est telle, que Rousseau écrira en 1755 qu’un journal est « ouvrage éphémère, sans mérite et sans utilité, dont la lecture, négligée et méprisée par les gens lettrés ne sert qu’à donner aux femmes et aux sots de la vanité sans instruction ». 

…mais aussi de la censure 🤐

Aux Etats-Unis, tout ce qui est imprimé est taxé, et c’est par la rébellion contre le stamp act que démarre la bataille pour l’Indépendance des États-Unis d’Amérique. La Virginie est en effet le premier État à proclamer la liberté de la presse. En 1784, le Pennsylvania Packet and Daily Advertiser est LE premier quotidien des États-Unis largement financé par la publicité. Au début du 19ème, le pays de l’oncle Sam recense pas moins de 230 journaux ! A Paris, les révolutionnaires créent des journaux, mais pour autant la liberté de la presse ne dure pas plus de 2 ans. Peu de temps après, on voit apparaitre une nouvelle invention majeure : celle du télégraphe. 

🚂 La diffusion de l’information se simplifie

Rapidement après sont inventées la locomotive et les rotatives : deux moyens d’accélérer la production et la diffusion de l’information. C’est alors que les premières agences de presse sont créées. Havas fonde d’abord une agence de traduction qui devient ensuite un “Bureau des Nouvelles” en 1838. Charles-Louis Havas obtient un accès prioritaire aux nouvelles de l’État et demande alors aux journaux de le payer en pages blanches, qu’il commercialise auprès d’annonceurs. On note que des points de vente de journaux sont mis en place à proximité des gares par l’éditeur Hachette. Par ailleurs, aux États-Unis, Lincoln crée la première social room pour communiquer par télégraphe avec ses généraux. Le poids des images est tel que Lincoln dira d’un photographe qui réalisa son portrait largement diffusé lors de la campagne électorale : « Brady m’a fait Président des États-Unis ». En France, les journaux renforcent la publication des annonces, des feuilletons et offrent même des cadeaux à leurs abonnés !

💰 L’ère industrielle et les empires de presse

A la fin du 19èmesiècle, de nombreuses inventions vont bouleverser notre consommation des médias : le téléphone, le phonographe, le premier film d’actualité et le premier film de fiction, le bélinographe (l’ancêtre du télécopieur). Aux États-Unis, la publicité dicte le contenu : c’est la naissance des empires de presse. A Philadelphie est créée la première société chargée de rédiger et vendre des espaces publicitaires dans les journaux. On voit apparaitre des cours de marketing, de psychologie, de sociologie et on théorise les schémas des théories de la communication. L’objectif des médias n’est plus d’informer mais d’attirer des lecteurs, en vue de profits. Tandis qu’en France, la presse est plus volontiers tournée vers des pratiques douteuses. Elle accepte le chantage et vend ses publicités à ceux qui veulent faire taire certaines nouvelles. Bref, les patrons de presse française proposent de s’auto-censurer contre une rémunération.

💨 La ruée vers la publicité

Entre 1919 et 1945, on voit apparaitre aux États-Unis les newsmagazines : c’est le début des études de marché, un mot forgé par Nielsen lui-même. En France : la recherche de publicité pousse à la multiplication des rubriques (livres, sport, mode, cinema, etc.) mais elle représente moins de 20% des revenus. L’Occident est marqué par le développement de la radio, notamment grâce à la publicité sous forme de sponsoring d’émissions ou de coupures publicitaires. 

📺 Démocratisation de l’information et business de la publicité

A partir de 1945, la presse décline, la radio prospère et la télévision décolle. McLuhan popularise le mot “media”. Des émissions de radio sont adaptées en télévision (”Heard it now” devient ”See it now”). L’assassinat de Kennedy passe en boucle jusqu’à plus soif, Nixon démissionne à cause des révélations du Watergate sur les émissions de CBS. En bref, la télévision est devenu un véritable média de masse. En 1972 : on voit apparaitre le magnétoscope – ancêtre du replay – et le reality show en direct. Les années 80 sont marquées par la naissance des chaînes d’information comme CNN. Et grande nouveauté avec MTV : on ne s’adresse plus seulement aux américains mais désormais au monde entier ! Les chaînes de télévision peuvent avoir une portée internationale, et non plus nationale. Les mesures d’audience prennent alors de l’ampleur et la publicité se professionnalise. Et bien sûr, on assiste à la naissance d’Internet avec le e-commerce, les services de messagerie, les jeux, les ventes aux enchères, les cookies, les moteurs de recherche, la publicité en ligne, etc. 

📲 Les médias 2.0

Les années 2000 constituent une course folle à l’attention : les médias veulent capter l’attention de leurs publics. Ils se montrent frileux vis à vis des “nouvelles technologies de l’information” (NTIC), par peur de créer leur propre concurrence. La dernière décennie est marquée par les réseaux sociaux et l’internet sur mobile. Quelques chiffres marquants pour conclure cette épopée qui est loin d’être finie : 

  • > En 2020 la publicité numérique représente en France 50% du marché publicitaire et est sur le point de représenter la majorité des investissements publicitaires 
  • > Google contrôle près de la moitié des dépenses publicitaires mondiales en 2020
  • > Les fake news voyagent 6 fois plus vite que les vraies sur Twitter
  • > Sur Facebook et Twitter, au moins 15% des comptes renvoies à des robots
  • > Le temps moyen passé à lire un article en ligne est de 15 secondes, le visionnage d’une vidéo de 10 sec
  • > 43% de ceux qui s’informent sur les réseaux sociaux le font via Facebook, Twitter étant devenu la première agence de presse mondiale

Selon vous, comment sera la prochaine décennie ??? 🤓

écrit par
Plus de Maud Ballu
Les métiers de la communication digitale – Episode #4
🚀 Les mini-salons des métiers de la Communication We Are COM X...
Lire plus
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *