Le Chocolat des Français, la baby brand qui a déjà tout d’une grande

La team We Are COM joint l’utile à l’agréable en vous parlant de chocolat… Quand il est 100% bio, beau et rigolo, on dit banco ! Packagings ultra-léchés à grand renfort de collaborations arty et grenouille bien de chez nous, le Chocolat des Français se distingue…

De quoi faire fondre les plus gourmands d’entre nous et susciter l’intérêt de nous autres communicants ! Décryptage de la success story avec Paul-Henri Masson, co-fondateur de cette start-up so frenchy.

Pas toujours évident de mettre en place une stratégie de communication corporate impactante lorsque l’on est une jeune start-up ! Pourtant, le Chocolat des Français semble relever le défi avec brio. Un pitch qui tient en 140 caractères – « Le Chocolat des Français est une jeune marque de chocolat qui élabore, en France, des tablettes artisanales, illustrées par des artistes » – et une image de marque hyper affirmée, la start-up fondée par Mathieu Escande, Paul-Henri Masson et Vincent Muraire, a su faire preuve d’inventivité pour émerger. « La communication corporate, explique Paul-Henri, c’est pour nous peu de moyens et donc beaucoup de créativité, de système D, de bricolage, d’énergie… Nous avons également eu de la chance, c’est certain. Je pense que les gens sont agréablement surpris par notre démarche créative. Les retours, notamment sur les réseaux sociaux tels qu’Instagram, ont été tout de suite très positifs. Cela nous a clairement portés ».

Dans un secteur ultra-concurrentiel, dominé par les chocolatiers belges et suisses, quelle a été l’idée de génie ? Le positionnement Made in France, un atout puissant de communication, d’ailleurs utilisé par des « mastodontes » de la com’ à l’instar de Renault et de sa « qualité française », dans un tout autre secteur. « Nous trouvions dommage que le chocolat français, dont les artisans sont probablement les meilleurs au monde, soit si peu représenté ». Surtout, il n’y a ici pas l’ombre d’un secret entourant l’origine de fabrication des tablettes de chocolat : élaborées dans un atelier situé dans un village d’Île-de-France, le cacao y est tout simplement travaillé de façon artisanale selon les règles de l’art français du chocolat. Car, c’est aussi ça une communication efficace : une stratégie basée sur des preuves qui ne sont d’ailleurs pas loin de convoquer certains enjeux RSE d’aujourd’hui (traçabilité, circuits courts, etc.). Le Chocolat des Français s’est ainsi engagé dans la réimplantation et dans le développement de la culture du cacao en France dans les DOM-TOM et s’efforce d’intégrer dans ses créations du cacao en provenance de Guyane, Martinique, La Réunion, etc.

Mais le seul positionnement Made in France, incarné par une grenouille, en tant que « clin d’œil à notre chère gastronomie », aurait-il suffi ? Rien n’est moins sûr ! Ce qui a fortement contribué à rendre visible et donc à faire émerger le Chocolat des Français, ce sont « les collaborations avec les artistes qui font partie de l’ADN de la marque » : pour ne citer qu’eux, Jean André, ZEP, Edith Carron, Marie Assénat (son caniche est l’une des tablettes préférées de Paul-Henri oui oui) ou encore Richard Orlinski dont la collaboration a donné naissance à un King Kong monumental de plus 6 mètres pour le salon du chocolat 2016 ! Les références sont nombreuses et pointues pour des étuis toujours plus pop et colorés. Pourquoi ? Bien sûr, parce qu’on goûte d’abord avec les yeux, mais surtout parce que cette fibre artistique est chère aux fondateurs : « nous sommes passés par des écoles d’Art et c’est naturellement que nous avons eu envie d’associer ces deux univers, le chocolat d’un côté, l’art et le design de l’autre ». Un détail, qui loin d’être anecdotique, contribue à développer le storytelling de la marque ancrant les débuts du Chocolat des Français au cœur d’une histoire d’amitié débutée il y a 10 ans déjà sur les bancs de l’école.

 

 

Et si au final, ce qui faisait le succès de la marque était tout simplement son authenticité ? « Nous parlons de manière franche et transparente, sans calculer ou adapter notre discours ». On vous le disait : un concentré d’authenticité… saupoudré d’une bonne dose d’audace.

Merci à Paul-Henri d’avoir répondu aux questions de We Are COM !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *