«Communicants parisiens, restons humbles ! »

A Toulouse lors des Trophées de la COM du Sud-Ouest – dont We Are COM est partenaire – , la team a échangé avec Marie-Laure Dubuisson, directeur international marketing & communication de Longchamp. Venue de Paris, elle fut membre du jury des Trophées. Pour la première fois, nous avons pris le temps de décrypter des bonnes pratiques de la communication en région ; ou plutôt parler vraiment de communication de proximité. D’ailleurs, la communication ne devrait-elle pas toujours cultiver la proximité ???

Hello Marie-Laure, alors ces Trophées de la COM du Sud-Ouest qu’en pensez-vous ?

C’est une vraie découverte ! Les Trophées de la COM Sud-Ouest n’ont rien à envier aux remises de prix parisiennes ; bien au contraire. Les dossiers sont de haut niveau et l’organisation est réglée au millimètre près. Tous les communicants ici sont très pros, très chaleureux et bienveillants. En préparation de cette journée, en tant que jury, nous avons consulté les 125 dossiers et pré sélectionné 4 dossiers par catégorie. C’est cette pré-sélection qui fut l’objet de nos délibérations. Nos échanges ont été très ouverts. Nous avons souvent été unanimes, même pour le coup de cœur du jury. Enfin, la cérémonie des Trophées m’a impressionnée : un vrai show et un public de professionnels venus de toute la région !

Quels sont vos grands étonnements parmi les dispositifs COM lauréats ?

Je remarque une volonté de créer des dispositifs de communication vraiment hors du commun et hyper originaux : l’humour est de retour comme le prouve la campagne futuriste de Bordeaux Métropole 2050. Les communicants se montrent décomplexés en osant nous dire « Nous sommes recyclables » pour sensibiliser aux dons d’organe au sein du groupement hospitalier de La Rochelle-Ré. Dès que l’émotion est là, l’attention est captée et c’est gagné !

Honnêtement, j’avoue ma surprise et mon admiration à voir des agences de communication implantées localement et de « petites tailles » parvenir à produire des réalisations innovantes et d’excellente qualité pour de grandes institutions.

Enfin, il est très intéressant de constater l’écho que peut avoir la communication à un niveau local : quand le Decathlon Villenave d’Ornon veut communiquer sur son déménagement à quelques centaines de mètres, on sent qu’il y a derrière le plan de communication de proximité une véritable aventure humaine. J’y ai découvert la richesse du ressort « local / régional » en communication.

Et quels sont vos coups de cœur ?

Le plus inattendu est un happening dans un centre commercial à Bayonne : l’envoi du premier gâteau traditionnel basque dans l’espace. J’ai trouvé dans cette opération « phygitale » beaucoup d’audace et une belle mobilisation autour d’un symbole régional. Le gâteau a atteint les 39.000 mètres d’altitude et les retombées presse ont aussi atteint des sommets !

Côté digital, ma découverte a été le site petitsmo.fr proposé par l’établissement public du Musée d’Orsay et du Musée de l’Orangerie pour le jeune public de 6 à 14 ans. Le pari est d’offrir une expérience immersive à l’enfant qui, a priori, s’ennuie lors d’une visite culturelle. Concrètement, le musée propose des podcasts intitulés « Les promenades imaginaires ». Cet environnement sonore contribue à la découverte des tableaux en allant bien au-delà d’un simple audioguide.

Dans les deux cas, je remarque de l’audace pour sortir des sentiers battus et une parfaite exécution de la « big idea » pour capter l’attention d’un public non acquis.

Quelles tendances en communication se dégagent selon vous ?

A mon sens, le fil conducteur est l’humain et les émotions positives que peuvent produire les belles rencontres inattendues : le passage de témoin entre les futurs retraités et les nouveaux arrivants chez Safran Helicopter Engines, les performances footballistiques de mamies soutenues par les Senioriales – filiale du groupe Pierre & Vacances Center Parcs – lors de la Coupe du Monde de football féminine 2019 ou encore la création d’une exposition d’ameublement design basé sur le recyclage de pièces des avions Airbus. La communication tient ici pleinement son rôle de médiation, non sans humour et toujours avec responsabilité.

Quelles bonnes pratiques repérées ici à Toulouse allez-vous tenter d’appliquer avec vos équipes là-bas à Paris ?

Parfois, nous pouvons avoir la tentation de dire : « je n’ai pas les moyens, je n’ai pas le temps ou bien je n’ai pas le budget ». Alors qu’une action de communication peut démarrer modestement sans nécessaire être immédiatement grandiose. Je retiens ainsi une leçon : le produit minimum viable peut aussi s’appliquer à la communication. C’est la stratégie des petits pas. Il est plus simple de démarrer un projet modeste d’onboarding des collaborateurs que de faire en quelques semaines le big bang de sa marque employeur et de sa communication interne. Et enfin, communicants parisiens, restons humbles car ce qui se passe en région est canon !!!!

Et pour conclure, entre Région et Paris, qui gagne votre cœur ?

Je suis d’origine bordelaise donc j’adore la galette briochée et les chocolatines. D’une manière générale, je suis très Sud-Ouest pour le vin et pour les spécialités culinaires. Mais j’avoue être toujours émerveillée quand je me promène à Montmartre, que j’aperçois la Tour Eiffel ou quand je visite le Musée du Louvre…. Alors entre Paris et le Sud-Ouest, oui mon cœur balance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *