Innover en temps de crise : cap ou pas cap ?

L’histoire est marquée par une constante réinvention. Chaque époque, de la plus prospère à la plus sanglante, voit naître ses propres innovations. Les nécessités relatives à chaque contexte de crise entrainent un regain d’ingéniosité industrielle, permettant un développement social et corporatif. Mais alors… les guerres stimulent la créativité ? Eh bien oui ! Évidemment, les innovations touchent à l’industrie de l’armement et à la médecine. Mais une crise militaire peut aussi être bénéfique à l’art ou à la culture. La chute de Constantinople nous fît découvrir de nombreux textes antiques. Les guerres d’Italie nous offrirent la Renaissance… La Team We Are COM vous propose son épopée des petites grandes inventions. 👊

📞 En temps de crise, la communication s’impose !

Le récent confinement, en est un bel exemple. Il aurait dû avoir la conséquence d’éloigner les gens… Résultat, nous n’avons jamais autant échangé. Cette nécessité de communiquer durant les périodes de troubles ne date pas d’hier ! 

Le talkie walkie

Tout d’abord, merci au Canada, qui mît au point le talkie-walkie en 1940, pour des besoins militaires. C’est Motorola qui commercialise cette invention reposant sur des liaisons radiographiques à courte distance. Il semblerait que le nom vienne d’un soldat qui dit un jour à un journaliste qu’il marchait en parlant : « talkie-walkie ». 

L’ordinateur

L’ancêtre de notre ordinateur a lui aussi vu le jour en temps de guerre. Colossus, son nom, est mis au point par des ingénieurs anglais afin de déchiffrer des codes nazis. Ces machines seront détruites lorsque la guerre prendra fin. Les secrets de cette toute nouvelle technologie, demeureront longtemps bien gardés.

Nous pouvons également citer les innovations automobiles, avec l’émergence de marques telles que Volkswagen ou encore Jeep !

La voiture pour tous

C’est en 1934 que le chancelier Adolf Hitler décide de créer pour le peuple allemand, une voiture accessible à tous. Un véritable outil de propagande ! Porsche remporte le contrat. Le modèle devait avant tout mêler puissance et économie. Dans un contexte de préparation à la guerre, le dictateur a également des exigences militaires : capacité à transporter trois soldats et une mitrailleuse, à atteindre la vitesse de 100km/h, à consommer moins de 5 litres d’essence au 100km…

La voiture tout usage

Quant à Jeep, l’acronyme de « General Purpose ». Cela peut se traduire par « véhicule tout usage ». Le gouvernement américain, soupçonnant son entrée dans le conflit naissant, veut créer une voiture qui facilitera les déplacements militaires. L’innovation porte sur le fait que les quatre roues sont motrices, permettant à l’engin de s’adapter à tous les terrains, avantage considérable !

💡 D’autres inventions incontournables 

La fusée

La fusée est une invention chinoise du Xème siècle. Et oui ! C’est au cours du siège de Yuzhang que le « feu volant » est né. Les assaillants lançaient sur la ville des flèches qui explosaient à l’impact. Le processus se réalise grâce à la présence de cylindres remplis de poudre. Ils ne mirent que peu de temps à faire évoluer cette arme : ouvrir le cylindre permet une propulsion plus précise.  

La stérilisation

C’est en France cette fois-ci, que Nicolas Appert invente la stérilisation : « l’appertisation ». Cet ancien confiseur réalise que faire bouillir un bocal hermétique, permet d’en dégager l’air, et ainsi de préserver la durée de vie des aliments. Ce nouveau procédé s’avère capital pour le transport de marchandises, notamment vers les fronts des guerres napoléoniennes.  En 1802, il devient le fournisseur officiel de la marine française. 

Le micro-ondes

Aujourd’hui nous ne pourrions plus vivre sans, et pourtant, il n’est créé qu’en 1945 : le micro-ondes ! Le travail de l’ingénieur américain Percy Spender, portait sur la conception de radars pour l’US Navy, au sein de l’entreprise Raytheon. Un jour il comprend que l’odeur inhabituelle qu’il sentait n’était autre que le chocolat qui avait fondu dans sa poche, grâce au magnétron. Il retente l’expérience avec du pop-corn. Deux ans plus tard, le brevet est déposé. 

Les marques mondialement connues telles que M&M’sFanta naissent, elles aussi, sous les bombes. 

Les chocolats enrobées de sucre (miam)

Nous sommes en pleine guerre civile espagnole, quand l’Américain Forrest Mars remarque que les soldats ont pour habitude d’enrober des billes de chocolat avec du sucre, afin que cela ne fonde pas sous la chaleur. De retour au États-Unis il crée le célèbre bonbon en s’associant à Bruce Murrie, Mars & Murrie donnant ainsi M&M’s. Lors de la seconde guerre mondiale, les soldats américains raffoleront de ces friandises faciles à transporter dans leurs tubes en carton. 

La boisson à l’orange… ou aux pommes

Fanta, anciennement Phantasy, voit le jour lorsque les Etats-Unis entrent en guerre contre l’Allemagne nazie. Alors, les livraisons de sirop de coca-cola ne sont plus assurées. Max Keith, responsable de la célèbre compagnie américaine en Allemagne décide de mettre au point un soda avec les produits disponibles sur place : du petit lait et des résidus de pommes pressés. La production cesse an 1949 avant d’être reprise et quelque peu modifiée par Coca-cola Company en 1955. 

👉 Le mot de la fin

Cet article vous a inspiré ? Pour terminer, citons la marque Heinz, ce géant du ketchup. Heinz ne constitue pas une innovation de crise à proprement parler, mais a su se réinventer et se développer au cours de la seconde guerre mondiale. Bel exemple d’anticipation et de réactivité ! 

Le ketchup

La célèbre sauce, indispensable à nos burgers, a vu le jour à Pittsburg, en 1869. Bien plus tard, c’est le fils de l’inventeur, Howard Heinz, qui a accru la notoriété de la marque. En 1940, il eut l’ingéniosité de fournir aux soldats des rations spéciales : des canettes de soupes auto-chauffantes. Cette révolution alimentaire constituait une véritable publicité ! A la libération, le tomato Ketchup avait conquis l’Europe. Investir en temps de crise permet aussi d’en sortir gagnant, en terme de notoriété et d’image de marque. Une leçon de communication à ne pas oublier !


MARCO PIZZORNO
journaliste, écrivain, enseignant et invité de la team We Are COM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *