10 conseils pour rater votre intervention en public

réussir son intervention homme cigare lunettes

La team We Are COM vous donne son top 10 des erreurs les plus fréquentes lors des présentations à l’oral. Des conseils à (ne pas) suivre, en toutes occasions.

 

1. Démarrez votre intervention avant de vous être installé

Pour (mal) démarrer votre présentation, il convient de débuter votre propos avant même d’arriver au pupitre et que le PowerPoint ne s’affiche. Dès votre introduction, efforcez-vous à retrouver vos notes ou vos lunettes dans votre sac en tournant le dos au public.

2. Ne vous présentez pas et ne précisez pas l’objet de votre venue

Tout le monde vous connait, c’est bien connu. Si l’organisateur de la réunion a bien fait son job, il a diffusé un ordre du jour incluant votre biographie retrouvée sur Internet. Tous les participants l’auront consulté. N’hésitez pas à compléter son propos en rappelant votre situation familiale (nombre d’enfants ou de chats par exemple) ou la région dont vous êtes originaire (c’est connivent !).

3. Ne vous limitez pas en accessoire

Souvenez-vous de votre dernier media-training : « emmenez un doudou sur scène et vous ne vous sentirez jamais seul ». La gamme est variée : votre bracelet ou votre gourmette qui cliquettera contre le pupitre, votre pile de dossiers pour vous donner la stature d’un expert ou d’un(e) Président(e) , les feuilles A4 recto verso non agrafées (et non numérotées) de votre discours que vous frotterez délicatement contre les deux micros col-de-cygne du pupitre à chaque changement de page, etc. En bonus, n’hésitez pas à exhiber votre smartphone dernier modèle, qui vous permettra d’être en liaison directe avec votre équipe, dont les SMS « parle + Fort » et « plus que 2 minutes 42 » dérégleront la sono. Après tout, le larsen réveillera les plus endormis.

4. Considérez l’écoute de votre public comme acquise

Restez concentrer sur votre discours, et non sur votre audience. Vous n’êtes pas là pour elle, seulement pour lui. Vous vous êtes embêté à l’écrire (ou à le faire écrire par ce « stagiaire-de-Sciences-Po-qu’on-s’arrache), alors n’en sortez pas. Lisez-le d’un coup, sur un ton monocorde dans un débit régulier voire rapide et surtout sans pause. Vous finirez plus vite 🙂

5. Jargonnez comme si vous vous adressiez à des initiés et multipliez les tics de langage

« Euh après les résultats décevants du T1 2017, y’avait un vrai sujet. Le DG a demandé euh au Codir de définir un nouveau PSE et en mode agile. Euuh des workshops ont été organisés avec les N-1 (oui seulement le COMEX) pour revoir les process et définir les KPI. Honnêtement, moi je pense que c’était la bonne méthodo même si certains en doutaient (surtout le DAF pff !)… Résultats : euh au T2, nous étions déjà dans le going avec les premiers euh quick-wins. Le number one était blu-ffé ! »

6. Restez fiché, bien fixe, bien droit

L’organisateur vous a confié le pupitre, ne le quitter pas. Vous promener sur la scène pour occuper l’espace avec vos nombreuses fiches serait hasardeux. Et vous risquerez de croiser le regard des participants situés sur les extrémités latérales de l’auditorium. Gênant.

7. Retournez-vous pour lire vos slides à ceux qui les lisent

Vos slides sont trop chargées ? Alors lisez-les. Vous rappellerez ainsi à vos participants ce qu’ils auront déjà lu plusieurs secondes avant vous : une bouche prononce 200 mots par minute et l’œil en lit 300 en moyenne. Puisque la première des pédagogies est la répétition, votre « écho » sera utile. Pas bête.

8. Citez des références que personne ne connait et/ou rappeler les propos des intervenants précédents

« Nous avons tous bien compris votre clin d’œil à l’oeuvre de Baudouin de Condé ! » ou « Je tiens à dire que je m’inscris en faux aux propos de Mme Bidule ». En effet, il est précieux de partager votre avis sur les interventions du jour. N’hésitez pas à enrichir les propos précédents par une anecdote qui les mettra en perspective dans le quotidien de chacun : « le père d’un ami de mon gendre m’expliquait qu’actuellement en Tchécoslovaquie… ».

9. Refusez de prendre une question avant la séquence des questions

Une main se lève dans la salle ? Ignorez-la. Un participant vous interpelle ? Rappelez-lui la bienséance : « Merci mais il y a une séance de questions – réponses dans l’ordre du jour. Vous verrez y’aura un visuel Q&A. » Puis reprenez votre propos (non mais oh !).

10. Concluez en regardant votre montre

Dès le slide « Conclusion » affiché à l’écran, vérifiez le respect de l’horaire. Excusez-vous si vous avez dérapé ou félicitez-vous d’avoir fait plus court que prévu ! Après un « Bah voilà ! » enjoué, vous quitterez le pupitre en projetant votre ultime slide « Merci pour votre attention » sans attendre le moindre échange (c’est toujours gênant quand il n’y a pas de question).

 

Un article inspiré d’histoires vraies, mais toutes ressemblances avec des personnes existantes seraient purement fortuites 🙂 Et vous, quels sont vos conseils pour une présentation au flop top?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *