Fake news : la résistance s’organise chez les annonceurs

133SHARES La meilleure défense, c’est l’attaque. En brandissant la menace du retrait des publicités digitales de Google et de Facebook, Keith Weed, Directeur Général du mastodonte Unilever, cherchait à attaquer là où ça fait mal : au portefeuille. Cette énième montée en température illustra la fièvre des entreprises et de leur impuissance face à la propagation des « fake news ». Les moteurs de recherche et les réseaux sociaux sont souvent pointés du doigt pour leur rôle d’incubateur de fausses informations pouvant être nuisibles aux marques. Les marques de plus en plus ciblées Le groupe Ferrero en fait régulièrement les frais avec sa marque phare Nutella. Rappelez-vous : sur fond d’une situation déjà sous tension générée par des bousculades et des bagarres dans une enseigne de grande distribution en raison d’une promotion de -70% de ses pots de pâtes à tartiner, Nutella fut victime dans le même temps d’une rumeur…

You must be logged in to view this content.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.