Tuto pour une communication jamais confinée ✌️

com de reprise
egegignieg

Ça y est c’est la panique… Les annonces se multiplient, le téléphone sonne, les emails arrivent en rafale. C’est l’alerte rouge ! La crise, c’est ce qui arrive aujourd’hui et qu’on n’avait pas anticipé hier. Et la réponse n’est jamais évidente. On aurait envie d’y réfléchir, de se laisser du temps. Mais il faut réagir. Étymologiquement, le mot « crise » (du grec krisis) évoque le moment de la prise de décision. Mais quelles décisions prendre ? Dans quel timing ? Face à ce tsunami d’informations, le communicant est un éclaireur très attendu dans l’entreprise. Pour vous aider à gérer la crise et la reprise avec un soupçon de sérénité, la team We Are COM vous livre son pense-bête pour une communication non confinée 🙂

1 – Je débranche ma communication actuelle

📌 Vos publications étaient prêtes à être diffusées ? Il faut à présent tout revoir… Eh oui, le premier bon réflexe, c’est de retirer tout ce qui n’est plus approprié auprès de l’ensemble de ses cibles (points de vente, sites, posts programmés sur les réseaux sociaux, écrans d’accueil, SMS, newsletters, emailings automatiques, publicités, relations presse…). Mais attention à bien recenser les contenus provisoirement caducs pour la période d’après-crise. 😉

📌 La 2ème étape ? Dialoguer avec em-pa-thie ! C’est le maître-mot d’une bonne communication de crise exogène. Pour autant, on ne se coupe pas du reste du monde. L’entreprise doit faire union et doit le faire savoir. Il faut répondre factuellement aux questions, internes et externes, avec tact et prudence, mais surtout être à l’écoute même des signaux faibles, faire remonter les attentes, les inquiétudes et les coups de gueule. On en profite donc pour activer dès maintenant sa cellule de veille.   

https://twitter.com/intermarche/status/1241074429486149636

2 – J’informe l’externe, je valorise l’interne

📌 La meilleure réponse de communication est certainement celle qui épouse la réalité avec justesse et délivre l’information avec précision, sans sensationnalisme. Pour la formuler, on se coordonne en interne, en multipliant réunions et appels. Les intentions laissent place aux décisions. Il est temps de communiquer sur : les bonnes pratiques, les mesures spécifiques prises par l’entreprise, les moyens qui lui permettent d’assurer son plan de continuité d‘activités (PCA)…

Vous allez devoir déployer toute votre boîte à outils de communicant, des campagnes de communication en display pour effectuer de la prévention aux fiches Google My Business pour modifier les horaires de vos magasins. On inscrit alors sa communication dans une démarche d’utilité et de réassurance, en l’adaptant auprès de chaque partie prenante. C’est même l’occasion d’aller plus loin dans sa posture de marque, en facilitant la vie de ses clients… Certainement le meilleur moyen de donner des preuves concrètes de votre fameuse raison d‘être !

https://twitter.com/pole_emploi/status/1248256227399872514

📌 Et le dirigeant dans tout ça ? L’objectif est de lui aménager une prise de parole spécifique autour de la responsabilité et de l’engagement de l’entreprise en dissociant l’interne et l’externe… Des communiqués de presse aux Tweets en passant par les posts LinkedIn, peu importe le canal pourvu que les messages passent. Le dirigeant en confinement peut répartir ses prises de parole, mais attention à bien les prioriser. Quand il s’agit de mobiliser et de remercier, priorité aux collaborateurs !

📌 On continue d’entretenir le lien avec la presse, de publier des communiqués sur des éléments pratiques. Le tout, aiguillé par les remontées internes et externes qu’on récolte au fur et à mesure.

3 – Je prépare la reprise

📌 C’est certainement la phase la plus complexe. Comment se mettre à la place de nos cibles lors du déconfinement ? Comment remobiliser vos équipes après le sprint de la COM de crise ? Face aux incertitudes, prendre du recul n’est pas une option pour bien préparer son plan de communication (communication corporate, communication commerciale, nouveaux services, nouveaux partenariats, …) et envisager les différents scénarios de sortie de crise. Plus que jamais, il faut entretenir les liens en interne et avec ses partenaires.

📌 La reprise se profile ? On peut alors rebrancher sa communication (d’où l’importance d’avoir fait un inventaire en amont) et dérouler son plan d’actions, avec agilité. Point de vigilance : la mise en mots. Les mots d’hier sont-ils toujours les bons ? Même si on a préparé le terrain, les ajustements sont indispensables. La vérité d’un jour n’est pas forcément celle du lendemain. En bref, on continue à s’adapter tout simplement, comme on l’a toujours fait.

La conclusion ?

Aujourd’hui, toutes les entreprises sont impactées par cette crise sanitaire inédite. Et votre direction générale pourrait être tentée de rogner le budget Communication. A nous communicants, de positionner la communication comme un fer de lance de la sortie de crise et de défendre sa valeur ajoutée au sein de l’entreprise. C’est un levier pour rattraper le chiffre d’affaires encore non enregistré. En attendant la reprise, méditons la maxime de Jefferson…

Celui qui arrête de faire de la publicité pour économiser de l’argent est comme celui qui arrête une horloge pour sauver le temps .  

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *