Communication : 5 conseils aux télémanagers

Quelle est la place de la communication managériale en télétravail ? Un confinement de longue durée impose un télémanagement, qui doit permettre à l’entreprise de s’adapter à la crise sans trahir sa raison d’être. Alors organisez des apéros sur Teams ou des séances du yoga sur Zoom si vous le souhaitez, mais surtout surtout chers communicants continuez à mobiliser les managers pour qu’ils poursuivent le partage du sens de l’action auprès de chacune des équipes. Je vous donne ici quelques conseils pour une bonne adaptation au-delà des poncifs habituels sur le télétravail.


📌 Conseil #1 : une raison d’être partagée, concrète et opérationnelle

Avant la tempête et du fait de la loi PACTE, les dirigeants de l’entreprise ont pris le temps de s’aligner collectivement autour d’un cap commun et intemporel : la raison d’être de l’entreprise. Si la réflexion a bien été menée à un niveau stratégique et sociétale, cet outil résistera à la crise du Covid-19 et permet de rappeler le sens de l’action de l’entreprise ; même en mode dégradé. Cette raison d’être – que vous avez collectivement définie – n’est pas une « base line », c’est une énergie commune qui se traduit concrètement dans le management ; hier, aujourd’hui et demain. Cette boussole guide les prises de décisions, les modes de coopération et les relations avec toutes les parties prenantes de l’entreprise, dont les clients.

📌Conseil #2 : le leadership est l’art du cadre

Le dirigeant – ou la dirigeante – doit incarner un leadership bienveillant et exigeant ; ouvert mais directif.  Les cavaliers diraient « monter reines courtes ». Tous les matins un rituel : le capitaine monte sur le pont et s’implique personnellement dans une visioconférence collaborative avec l’ensemble des collaborateurs. Pas si simple d’accepter cet exercice difficile ! Lors de ces réunions matinales, le collectif commence sa journée et se fédère. Le.la dirigeant.e n’hésite pas à partager ses doutes et sa vulnérabilité : ceci renforce encore la cohésion.

Lors de sa première visioconférence, le CEO pose un cadre très précis. Quelles sont les limites non négociables ? Négociable ? Qu’est-ce que j’attends de vous ? Que pouvez-vous attendre de moi ? Ce cadre, cohérent avec la raison d’être de l’entreprise, est la structure qui donne la sécurité indispensable au groupe dans ces moments.

De son coté, chaque manager coordonne son équipe lors de réunions en fin de journée. Ces deux dispositifs se complètent et se renforcent mutuellement.

📌 Conseil #3 : il n’y a pas de courage sans confiance 

En temps de crise, vous aurez des décisions difficiles à prendre, à dire et/ou à entendre. Les partager nécessite une bonne dose de courage managérial. Pour rendre ces moments plus simples mieux vaut avoir construit une relation de confiance avec chaque individu de son équipe.

📌 Conseil #4 : un système de régulation et d’écoute

La crise est une rupture, un basculement vers de nouvelles modalités sans totalement effacer les précédentes. Pour permettre cette adaptation, tous les managers doivent prendre le temps de mener un court entretien de 30 minute avec leur n-1 pour actualiser leur mode de coopération dans ce nouveau contexte. Chaque entretien fait l’objet d’une courte formalisation écrite. Ainsi, tous les salariés co-construisent le mode de management d’après crise et donnent du sens à leur propre activité professionnelle confinée.

N’oublions pas que cette étape peut être très lourde pour le manager – lui-même devant s’adapter et participer à l’adaptation des autres. Il convient d’accompagner vos managers par un dispositif adhoc : la mise en place d’un référent Ressources Humaines ou d’une hotline coaching,

📌 Conseil #5 : une nouvelle proximité avec vos clients

L’ADN de toute entreprise est d’être au service de ses clients. Allons vers eux pour nous ressourcer le temps d’un appel de courtoisie par exemple. Avec le confinement, l’écoute change. La relation client devient plus personnelle encore. Les collaborateurs apprennent de l’adaptation de leurs clients. Tous se projettent dans de futures coopérations. Ils construisent de nouveaux liens de confiance inédits et ce, malgré la distance. La raison d’être de l’entreprise se renforce.


Vous l’avez compris : le rôle des leaders est encore plus important qu’en temps normal. La crise sera longue et les leaders – dirigeants comme managers – doivent apprendre à s’économiser pour garder leur capacité intacte. Leur énergie est indispensable à la bonne adaptation de l’organisation, tandis que leur vision est indispensable à la bonne préparation de la reprise. Puis, après le confinement viendront de nouvelles questions : que gardons-nous ? Que changeons-nous ? Comment fonctionnons-nous maintenant ? Que pouvons-nous faire différemment ?

 

Jérôme Dutrieux, coach en entreprise et Président de JD Executive. Jérôme est un ami de la team We Are COM 🙂

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *