L’évènementiel d’après en 8 bonnes pratiques

Nous avons été frappés par une crise sans précédent, celle du Covid-19. L’évènementiel fait partie des secteurs durement touchés. D’abord sidérés, les professionnels ont rapidement pris conscience qu’ils ne pourraient pas réorganiser des évènements en présentiel de si tôt. La crise a bouleversé les usages et accéléré la tendance de digitalisation des évènements. Pour les acteurs de l’évènementiel, il a fallu s’aventurer dans une pratique nouvelle : faire du digital la majeure et le présentiel la dimension mineure d’un évènement. Nombre d’experts ont su relever le pari de concevoir des évènements innovants et de qualité à distance. Aujourd’hui, l’heure est aux premiers enseignements.

Alors la team We Are COM vous partage 8 bonnes pratiques incontournables pour réussir l’évènement de demain, recueillies auprès de grands professionnels de l’évènementiel :

1⃣ Créer un évènement utile #MoinsMaisMieux 

Muriel Blayac : « De par notamment son coût, son empreinte carbone, il est dans l’intérêt de la société dans laquelle on vit – d’un point de vue RSE – et pour laquelle on travaille, de savoir pour quelles raisons on fait un évènement. L’évènement doit venir marquer la signature de la raison d’être de l’entreprise, il doit être inclusif et ancré dans la société. Plus que jamais, il s’agit de créer un évènement utile. »

2⃣ Avoir des contenus de qualité et les éditorialiser #StratégieContenuFirst

Pierre Suc : « Si le format d’un évènement est extrêmement important, la qualité et la pertinence du contenu n’en restent pas moins fondamentaux. L’essentiel est inchangé ! Il s’agit d’avoir une stratégie contenu first – des contenus intéressants et non intéressés – avec un principe d’éditorialisation clairement établi. Il est nécessaire d’avoir des contenus à forte valeur ajoutée qu’il va falloir faire vivre : en live, en podcast, sur les réseaux sociaux… Une vraie réflexion programmatique en amont est essentielle. »

3⃣ Rythmer ses prises de paroles et le partage des contenus #Rythme&Boost

P.S. : « Aujourd’hui, il est particulièrement difficile de maintenir l’attention d’une audience en distanciel plus d’une heure. Notamment dans le cadre de la communication interne, il faut privilégier une logique de contenus distribués dans le temps de façon cohérente, selon un fil rouge et des formes variées (long ou court, avec ou sans interactivité, etc.). En effet, iI s’agit d’avoir un rythme maitrisé de ce qu’on partage, une formulation percutante et une narration intéressante pour assurer l’attention, la compréhension et l’adhésion du public. »

4⃣ Scénariser pour une réalisation digne d’une émission TV #DeLaForme

Nicolas Emery : « Pour garantir un évènement de qualité, il est nécessaire d’adapter les contenus et la scénarisation aux spécificités du digital et d’une audience souvent seule face à un écran. Il s’agit de s’astreindre à une écriture beaucoup plus tonique, plus séquencée et de laisser plus de temps aux interactions entre les intervenants et les participants, ainsi qu’entre les participants entre eux. La mise en scène des contenus doit être soutenue par des changements de rythmes et de séquences plus fréquents. L’enjeu du networking entre participants est l’un principaux challenges à relever. » 

5⃣ Être innovant et créatif pour se différencier #IAmUnique

M.B. : « L’organisation d’évènement repose sur un besoin fondamental de se différencier, de surprendre et d’améliorer l’expérience du participant. Les publics se lassent très vite des formats, c’est pourquoi il convient de se différencier en termes de contenus et de faire preuve de créativité. L’émergence de formats innovants dans le domaine artistique (showcase musicaux, défilés de mode, festivals de musique, gaming, etc.), dessine un potentiel créatif pour capter une audience et la faire adhérer. »

6⃣ Divertir et réinjecter du plaisir #HaveFun

N.E. : « Après les mois que l’on vient de passer où nous avons baigné dans une certaine inquiétude et incertitude, il convient de réinjecter du plaisir. Il faut redonner envie aux publics pour les engager à nouveau dans une démarche collective. La fierté d’appartenance à une organisation et la quête de sens recherchée par les collaborateurs est aussi nourrie par le plaisir d’être ensemble et de partager une émotion collective. Les évènements digitaux vont devoir intégrer plus de divertissement. Vous verrez que lorsque les théâtres, les cinémas, les salles de concerts et les stades réouvriront au public, le show sera autant dans la salle que sur scène !

7⃣ Faire preuve de personnalisation #OnlyYou

Laurence Rousseau : « Ce qui défini un évènement c’est son caractère éphémère qui repose sur deux paramètres : la date et le lieu. Aujourd’hui, ces deux notions tendent à évoluer avec le digital. Les contenus peuvent être séquencés et exploités dans le temps, avec des replay par exemple. Et même si on dispose d’une communauté, celle-ci n’est pas homogène. Cette évolution donne l’opportunité de toucher des publics de façon plus large et de tendre vers plus de personnalisation en travaillant plus finement son évènement et les contenus partagés. »

8⃣ Mettre l’humain au centre pour favoriser l’engagement #HumanCentric

L.R. : « L’évènementiel est un moment de partage. Alors comment recréer du partage ? Sans être intrusif, il va s’agir de créer une relation intime, de parler avec de l’affect, du plaisir, de la douceur et surtout de la sincérité. Beaucoup de marques s’affirment être responsables et engagées. Or au-delà des éléments de langage, il y a une attente forte d’en faire la démonstration. »

🤓 Prêts pour l’évènementiel de demain ?💪

Tous, nous attendons la reprise. La vraie. Or nos vies ne seront pas les mêmes : nos usages, nos préoccupations, nos réflexes seront différents. L’évènementiel de demain ne sera pas celui d’hier, assurément.

La nécessité absolue de transformer les évènements physiques en évènements digitaux a confronté les organisateurs à des difficultés tout comme à des opportunités. Il faut toucher un public plus large en faisant fi de la contrainte des murs par exemple. Les deux formats présentant des avantages non négligeables, les professionnels du secteur s’entendent à organiser durablement des évènements phygitaux ou hybrides qui deviendront incontournables.

Le secteur évènementiel est donc loin d’avoir dit son dernier mot. S’il est en crise, il se réinvente en s’appuyant sur ses fondamentaux : son savoir-faire reste indispensable, qu’importe le format. Editorialisation des contenus, rythme des prises de paroles, scénarisation, orchestration dans le temps, sélection de solutions techniques adaptées… autant de notions qui nécessitent des expertises variées et complémentaires.

L’évènementiel de demain s’annonce ainsi être un puissant levier de reprise 🚀 Go !

Rejoindre la conversation

1 Commentaire

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *