Les Tendances de la Communication en 2023

Bonne nouvelle, l’année 2023 nous réserve deux vendredi 13, mais aussi 13 tendances de la communication, selon le benchmark annuel du Club We Are COM. 🙌 Et pour les, triskaidekaphobes (ou phobiques du chiffre), n’ayez crainte, sachez que pour beaucoup de cultures, il est de bon augure !  

Mais assez tergiversé, entrons dans le vif du sujet. Quelles ont été les grandes tendances de l’année passée et quelles inspirations en tirer pour l’année à venir ? 🚀 La team We Are COM s’est une fois de plus penchée sur le sujet. 👀 Communicants, découvrons ensemble les tendances de la communication en 2023 !  

Les Tendances, rappel du contexte

En 2022, l’état d’esprit des Français a été marqué par l’inquiétude : inflation, guerre en Ukraine, réforme des retraites, aléas de la crise sanitaire, incertitude des marchés financiers, climat ou encore cybercriminalité. Et pourtant, d’après l’étude Viavoice, même si les Français sont anxieux, ils restent heureux. D’ailleurs, pour la première fois depuis 6 ans, le taux de natalité est en hausse dans le pays. On regarde les chiffres. 

État d'esprit des Français 1
État d'esprit des Français 2
État d'esprit des Français 3
État d'esprit des Français 4
État d'esprit des Français 5

Les Tendances de la Communication en 2023

#1 – Valoriser son métier à travers les autres 

« Je suis aussi fier de ce que nous ne faisons pas que de ce que nous faisons », déclare Steve Jobs. Il semblerait qu’en 2023 la tendance soit à la valorisation des métiers de l’entreprise. 🏆 De plus en plus, les marques mettent en avant leurs talents et leurs consommateurs dans leurs discours. Autrement dit, elles parlent d’elles, sans fondamentalement parler d’elles. Malin, non ? 

Le Cas MACIF 

La MACIF a mis en place une campagne de communication 100% participative, dans laquelle les sociétaires eux-mêmes prennent la parole. Le projet « Sans filtre », comprenez sans comédien, sans script et sans artifice publicitaire, dévoile donc les avis les plus légitimes qui soient : ceux des sociétaires. Finalement, cette opération, qui va de pair avec la nouvelle identité de marque de l’assurance, « La MACIF, c’est vous », a touché plus de 93% de la population en seulement 3 semaines et a généré plus de 4 millions de vues. 

Le cas Shiva 

Pour célébrer ses 20 ans, l’entreprise de ménage à domicile a pris le parti de mettre à l’honneur ses collaborateurs dans une campagne print et digitale, « Chez Shiva, les étoiles ce sont nos employés ». Les salariés valorisés, ceux qui travaillent pour l’entreprise depuis plus de 10 ans, ont eu la chance de se faire shooter par le fameux studio photo Harcourt, connu pour réaliser les portraits glamours des stars. Le tout, accompagné d’accroches percutantes, reprenant le champ lexical du ménage. « Avec Shiva, je balaye les préjugés / je fais briller mon métier / je dépoussière mon métier… ». Voici une jolie façon de rendre hommage aux collaborateurs, tout en cultivant la marque employeur.  

Shiva

Le cas SNCF 

Avez-vous visionné le manifeste de la SNCF, “Hexagonal” ? Ce chef d’œuvre poétique de la communication a pour vocation de nous rappeler à tous l’histoire partagée entre ce groupe historique et les Français. Et pour notre plus grand plaisir, c’est l’artiste Gaël Faye qui porte ce véritable film. 

Le cas FNAC 

La FNAC a également choisi de célébrer ses collaborateurs via sa nouvelle plateforme de marque. Avec « Libérons la culture », l’enseigne réaffirme son engagement en faveur de la pluralité culturelle, en dénonçant l’enfermement provoqué par les algorithmes. Cette campagne, portée par de vrais conseillers FNAC, valorise à la fois leurs métiers et leurs passions, qui apportent à la culture plus de surprises, plus d’imprévus et plus d’aventures.  

FNAC

Le cas CELIO 

Comment incarner l’homme normal, « cette majorité silencieuse mais majorité heureuse et bien dans sa peau » définit la marque de prêt-à-porter ? Avec la campagne de communication “Be normal », Celio s’adresse aux « sans histoire », à ces super héros du quotidien qui n’ont d’extraordinaire que leur côté ordinaire. L‘enseigne met à l’honneur les hommes « normaux, pas normés », « fiers, pas prétentieux », « simples, pas superficiels » et enfin « bienveillants, pas larmoyants ».  

#2 – Concevoir un branding créatif et pertinent 

Les marques, toujours soucieuses de représenter et s’adresser de manière adaptée à leurs audiences, misent définitivement sur la créativité et c’est un travail sur le moyen et long terme. 🎨 S’approprier les codes graphiques actuels pour se renouveler, un véritable challenge à relever ! D’ailleurs, Franck Capra ne dit-il pas : « Une intuition, c’est la créativité qui essaye de vous dire quelque chose » ? 

Logos et packaging, une tendance à la simplification 

Tout d’abord et d’une manière générale, le graphisme tend à la simplification. D’une part, on observe que les logos, qui plus que jamais doivent s’adapter aux supports digitaux, remettent leurs racines identitaires au goût du jour. D’autre part, il semblerait que les packagings obéissent également ce phénomène de simplification, occasion de créer des codes visuels en lien avec la marque, notamment en remplaçant les lettres par des icônes. 

Tendance à la simplification des logos
Tendance à la simplification des packagings

Le cas Matmut 

« Affirmer notre singularité en tant que groupe mutualiste, c’est apporter une preuve concrète de notre engagement sociétal », confiait Stéphanie Boutin, Directrice Générale Adjointe en charge de la Communication et de la RSE du groupe Matmut. En effet, la mutuelle a inauguré cette année sa nouvelle identité de marque, une identité davantage en adéquation avec sa raison d’être mutualiste.  

Le cas La Redoute 

En ce qui concerne les logos, c’est la marque La Redoute qui a fait fort cette année, en repensant complètement son identité visuelle. Ce nouveau logo carré et animé est inédit pour l’enseigne, qui dévoilait son ambition de réaliser un design « pouvant être décliné à l’infini, en couleurs vives comme en imprimés audacieux, symbolisant l’adaptabilité de La Redoute à tous les foyers comme aux tendances de son temps ». Un pari réussi !  

Le cas Hugo et Boss 

Depuis 50 ans, la célèbre maison Boss n’avait pas arboré le nom Hugo. Si Boss prend le parti de réadopter aujourd’hui ce « mot symbole », c’est avant tout pour séduire la génération Y sur Instagram. Quant à Hugo, son objectif est de toucher davantage la génération Z, notamment sur TikTok. Ce rebranding qui rénove l’image des deux marques, est la concrétisation d’un véritable tournant stratégique.  

Hugo et Boss

Le cas Adopte 

L’apocope est un procédé de style qui consiste à faire disparaitre la fin d’un mot ou d’une expression. C’est justement ce que réalise l’ancienne marque Adopte un Mec, en devenant Adopte. Le rebranding du célèbre site de rencontre ne touche pas qu’au naming, il impacte également le logo pour mettre en avant la nouvelle identité plus inclusive de l’application. La pratique de l’épuration, aussi appelée blanding, permet à une marque relativement connue, d’être visuellement immédiatement reconnue. 

Adopte

Le cas Dodie et Biostime 

L’importance des icônes passe aussi par l’utilisation des émojis, comme nous le rappellent très bien les marques spécialisées dans la commercialisation de lait infantile biologique, Dodie et Biostime. Ces dernières, à l’occasion de la journée mondiale des emojis, ont décidé de rendre hommage aux parents sur les réseaux sociaux, en leur proposant des émoticônes qui reflétaient leurs quotidiens. La recette d’une communication sympathique et empathique.  

Dodie et Biostime

#3 – Partager de belles histoires 

Le grand spécialiste du neuro-marketing, Martin Lindstrom l’affirme : « Une marque, c’est juste de l’émotion. On ne peut pas la toucher, on ne peut pas la sentir. C’est dans notre tête. » Qu’il s’agisse d’une marque ou même de son offre, le storytelling est bel et bien présent. 🤩 Il anime et génère de l’émotion. 

Le cas Netflix 

Vous avez certainement déjà vu le chef d’œuvre du 7ème art de Jean-Pierre Jeunet, “Le fabuleux destin d’Amélie Poulain”. Mais avez-vous également visionné cette campagne Netflix, digne des plus grandes productions cinématographiques ? Également réalisé par Jean-Pierre Jeunet, ce court métrage publicitaire met en scène de manière poétique la vie d’inconnus, bouleversée par les contenus de la plateforme de vidéos. Et pour garantir les audiences, ce spot fut diffusé sur TF1 un dimanche soir, juste avant le film “Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon Dieu ?” 

Le cas Samsung 

Samsung va vous faire aimer les araignées avec sa campagne de communication “L’amour n’a pas de frontière”. Celle-ci, sortie au lendemain de la Saint Valentin, met en scène une histoire d’amour ultra touchante entre une araignée et le nouveau Galaxy S22, sur la musique romantique de Nazareth, “Love Hurts”. Un moyen efficace pour promouvoir la technologie de pointe de l’appareil, notamment en ce qui concerne la résolution photographique.  

Le cas Volvo 

Le B2B aussi mérite de vivre de belles histoires d’amour, à l’image de ces 2 camions Volvo Trucks, qui vivent une folle idylle sur la chanson ultra love “Nothing’s gonna change my love for you”. Le tout, pour mettre à l’honneur l’efficacité énergétique et la performance des camions du constructeur.  

Le cas APRR 

Cette fois ci, on ne parle pas d’histoire d’amour, mais d’Histoire tout court. La société des autoroutes, APRR, allie créativité et ludisme en réalisant sa série de podcastsPanorama”. L’objectif ? Donner vie aux nombreuses histoires emblématiques et légendes fabuleuses, qui sillonnent les réseaux autoroutiers de France. Une manière originale de revaloriser l’ensemble des territoires. Cette création de contenu culturel suit tout naturellement le projet entamé en 2014 par le groupe, de rénover les 590 “panneaux marrons”. 

APRR

Le cas Durex  

La marque Durex réalise elle aussi une campagne de communication pédagogique avec la création de la plateforme “SexHapiness”. Sur cette dernière, sont disponibles 7 capsules vidéo qui donnent la parole à des influenceurs dans le but d’éduquer et d’informer les internautes sur la thématique de la sexualité. Et ce n’est pas tout ! Un podcast personnalisable a également été lancé. 

Durex

Le cas Bouygues Télécom 

Enfin, Bouygues Télécom nous surprend avec une campagne de fin d’année ultra ingénieuse, qui mêle émotion et technologie. En effet, l’opérateur propose de nous mettre en relation avec le Père-Noël, via Whatsapp. Comment faire ? En lui envoyant un texte depuis l’application, vous recevrez une vidéo de lui, le recitant, grâce à la technologie de synchronisation des lèvres. 

#4 – Affirmer son territoire de marque avec humour  

« L’humour est le plus court chemin d’un homme à un autre », nous fait remarquer le dessinateur regretté Georges Wolinski. L’humour est une arme simple, directe et toujours aussi efficace. 😜 Cette année, les marques ont redoublé d’inventivité en la matière.  

Le cas Volkswagen 

Non, non, non et non, votre voiture Volkswagen se rebelle dans cette campagne créative et humoristique, déclinée en 3 films. “N’attendez pas que votre voiture vous le dise” met en scène des automobiles qui refusent d’être révisées ailleurs que dans un garage du constructeur.  

Le cas Pierre et Vacances  

Une annonce de location qui ne correspond absolument pas à la réalité ? C’est certainement déjà arrivé à tout le monde, et c’est ce que dénonce l’enseigne Pierre et Vacances dans cette communication drôle et impactante. La campagne “L’annonce disait” s’accompagne d’un spot publicitaire dans lequel 3 jeunes profitent de la nuit pour mettre en garde les prochains locataires : “la prochaine fois, réservez sur Pierre et Vacances.”   

Pierre & Vacances

Le cas Meilleursagents 

Dans la même veine, le site Meilleursagents a placardé dans le métro des centaines d’affiches. Sur celles-ci, l’enseigne nous offrait le choix entre leur plateforme d’estimation immobilière et des concurrents factices tels que “allarache.com” ou encore “estimalamano.com”. L’idée en plus ? Ces noms de domaine existent bel et bien, mais renvoient en fait vers le site de la marque.  

Meilleurs Agents

Le cas Pétrole Hahn 

Comment séduire une audience masculine en mutation, celle des nouvelles générations X et Y ? En élaborant une campagne de communication digitale toute en autodérision. Les hommes changent, pas leurs cheveux”, s’appuie sur les nouveaux codes de la masculinité, avec humour. En partenariat avec le média Konbini, la marque de soins capillaires a généré près de 2,3 millions d’impressions et plus de 80.000 interactions sur les réseaux sociaux. 

Pétrole Hahn

Le cas Boursorama 

Inspiré des plus grandes superproductions hollywoodiennes, Boursorama nous dévoile un film à la chute surprenante. Un mindfuck, comme on dirait justement à Hollywood.  

Le cas Birkenstock  

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vos Birkenstock étaient si peu esthétiques ? La marque élucide le mystère avec la campagne mondiale ”Ugly for a reason”, dans laquelle les dirigeants de l’enseigne, accompagnés de scientifiques, démontrent les bienfaits orthopédiques des célèbres chaussures. Préférez-vous miser sur la santé ou sur la beauté ? 

Birkenstock

Le cas LCL 

LCL défend son territoire de marque de manière audacieuse, suite à son partenariat avec Apple Pay. Le spot publicitaire “Le Baiser” s’adresse aux jeunes générations, en cassant les codes avec humour.  

#5 – Mettre en scène ses engagements  

Il ne suffit plus de proclamer ses engagements, il faut désormais les mettre en scène, voire les théâtraliser. 🎭 Comme le dit si bien Alain Etchegoyen, « Être responsable, c’est avoir la capacité de répondre. Le terme est beau, car il désigne à la fois le fait de répondre de ses actes et d’en répondre au sens strict. » 

Le cas Grennly 

À l’occasion de la COP 27, le leader mondial du bilan carbone a réalisé une campagne anti greenwashing de grande ampleur, déployée en plus d’un millier d’affiches. En effet, Greenly encourage les entreprises à réagir face à ce phénomène grandissant, en clamant haut et fort qu”“il ne suffit pas d’une couleur pour devenir plus vert”. Et pour aller plus loin dans la sincérité, en bas des affiches, on trouve le bilan carbone de la campagne.  

Greenly

Le cas Uber Green 

En choisissant Uber Green, on peut faire écologique tout en faisant économique. Pour promouvoir son offre de transport en véhicules hybrides, la marque a réalisé en interne une campagne d’affichage impactante, qui démontre très clairement qu’agir mieux ne coute pas nécessairement plus cher.  

Uber Green

Le cas 20 Minutes 

Le journal 20 Minutes réaffirme son positionnement et ses valeurs fondatrices, avec la nouvelle signature de marque, « 20 Minutes. Gratuit et fier de l’être ». Cette campagne au style résolument journalistique et aux titres amusants et accrocheurs, nous rappelle les fondamentaux de la presse : la transmission d’informations fiables, vérifiées et non partisanes.  

Notez qu’Arte joue également sur le principe de gratuité, avec la campagne ”Le 1er mois offert. Les autres aussi.” 

20 minutes

Le cas Adidas 

Au-delà des mots, on peut affirmer ses engagements sur un panneau d’affichage liquide. C’est justement le choix d’Adidas, qui a innové en créant le premier billboard liquide, pour présenter sa collection de maillots de bain inclusifs. Partant du constat que 32% des femmes dans le monde seraient mal à l’aise en maillot de bain, chiffre qui atteint les 88% au Moyen-Orient, la marque a décidé de réagir, encourageant les femmes à plonger dans ce billboard. Parmi les plongeuses ambassadrices, nous trouvons Dareen Barbar, triathlète amputée et titulaire du titre Guinness World Records du wall sit (exercice du mur assis), ainsi que Raha Moharrak, la première femme saoudienne à avoir gravi le mont Everest. Résultat, cette campagne créative a généré des échanges sur l’inclusivité dans le monde du sport, dans plus de 60 pays.  

Le cas Puma 

De la même manière, Puma innove dans la lutte contre les inégalités entre les hommes et les femmes, en proposant à des joueurs de football masculins de jouer sur un terrain incliné à 4,5 degrés, au Brésil. “The Unlevel Playing Field, ou “le terrain de jeu inégal” dénonce les difficultés encore trop souvent rencontrées par les sportives, tant sur le plan financier que médiatique.  

Le cas Camaïeu 

Camaïeu s’engage également en faveur des droits des femmes sur son site internet. Fin 2021, la marque de prêt-à-porter dénonçait les violences faites aux femmes à travers sa campagne de communication choc, mettant en scène des mannequins ecchymosées. Le prix des produits disparaissait alors au profit du numéro d’urgence destiné aux femmes victimes de violences.  

Camaïeu

Le cas Saint Gobain  

Concernant l’urgence climatique, Saint Gobain choisit de sensibiliser le public via Instagram. À l’occasion de la journée de mobilisation Earth Hour, qui encourage le monde entier à tout éteindre et débrancher le temps d’une heure, la marque a réalisé et publié des stories, où l’on pouvait observer les édifices du monde plongés virtuellement dans la pénombre.  

Saint Gobain

Le cas Orange 

Et pour finir sur les engagements marquants, Orange innove en matière de rapport intégré. La vidéo informative met à l’honneur la valeur extra financière du groupe, tout en apportant des preuves. 

#6 – Bâtir des expériences toujours plus immersives  

« Ce n’est pas l’événement qui est important, c’est la façon dont nous le recréons… chacun à notre façon » affirme Jean-Luc Godard. 🤖 Plus que jamais, il est important pour les marques d’innover en matière d’expérience. Sans cesse, il leur faut créer de nouvelles choses et les tester auprès de leurs cibles.  

Le cas Chanel 

La nouvelle tendance pour les marques du luxe est d’investir le métaverse. Chanel ne fait pas exception à la règle et innove en lançant son premier jeu mobile. Ce dernier dépeint un univers cosmique incroyable et nous emmène sur la Lune. L’objectif ? Détruire les météorites et attraper un maximum de produits Chanel, que bien sûr, il vous est possible d’acheter par la suite.  

Chanel

Le cas LEGO 

En partenariat avec Snapchat, la marque LEGO propose une expérience créative de réalité augmentée. Via la plateforme, les joueurs ont la possibilité de construire des montagnes russes à Londres, à partir des plus grands monuments de la ville. Le jeu de construction se décline donc en version digitale, touchant par la même occasion de nouveaux segments d’audience.   

LEGO

Le cas Seloger 

Retour dans le métaverse avec Seloger et la première visite d’appartement virtuel. Celui-ci appartient à un futur programme immobilier, mis en vente par le promoteur Quartus. Le métaverse permet de projeter l’acheteur potentiel au plus près du réel, lui offrant même la possibilité d’interagir avec l’agent immobilier. La marque utilise donc le métaverse pour s’inscrire dans le digital, et ça marche.  

SeLoger

Le cas Starbuck 

Certes, le web3 est un super outil de fidélisation. Mais Starbuck va plus loin que la simple fidélisation clients avec le “Starbuck Odyssey”. Contenus gamifiés, collections virtuelles, offres marketing… les internautes détenteurs d’un compte fidélité ont la possibilité de remporter des timbres de voyage, en participant à des jeux et relevant des défis, ou encore d’acheter des NFT en édition limitée. Bref, Starbuck Odyssey”, c’est la promesse d’accumuler des avantages et de profiter d’expériences uniques

Starbucks

Le cas Guerlain 

Pour finir, c’est Guerlain qui a attiré l’attention de la team We Are COM, en investissant le métaverse pour valoriser une action RSE. La marque propose à l’achat une collection de 1828 NFT Cryptobees, dont les bénéfices financent la création d’une réserve naturelle 28 hectares dans les Yvelines, une réserve classée ZNIFF – Zone Naturelle d’Intérêt Faunistique et Floristique.  

Guerlain

#7 – Parler de soi avec opportunisme  

🏹 Connaissez-vous la citation de Miguel de Cervantès, « Parler sans penser, c’est tirer sans viser » ? En communication, comme ailleurs, il faut savoir parler de soi avec opportunisme, se mettre en scène avec justesse tout au long de l’année. Toutes les occasions sont bonnes pour prendre la parole, rencontrer son public et investir la sphère médiatique en créant le débat. 

Le cas Barilla 

À vous aussi, il vous arrive de surdoser vos pâtes ? Bonne nouvelle, Barilla a trouvé la solution avec le hashtag #secondlifepasta. Cette campagne TikTok avait pour vocation de sensibiliser contre le gaspillage alimentaire, tout en proposant de délicieuses recettes à partir de vos pâtes en trop. De plus, grâce à la fonctionnalité stitch, les internautes pouvaient intégrer les vidéos d’autres créateurs aux leurs. Et comme sur TikTok, une bonne initiative, associée au bon hashtag, est toujours payante, cette action de communication a généré plus de 82 millions de vues.  

Barilla

Le cas IKEA 

L’enseigne d’ameublement fait parler d’elle, en rebaptisant ses produits en fonction des problèmes les plus souvent rencontrés dans les requêtes Google. “Mon partenaire ronfle” est un canapé lit, “Difficile de faire sortir un adolescent du lit” une perceuse ou encore “Mon petit copain ne me voit pas” est une lampe. L’idée ? Démontrer qu’IKEA sera toujours en mesure d’apporter une solution à vos problèmes du quotidien, et toujours avec une bonne dose d’humour. Finalement l’audace fonctionne, puisque cette opération a hissé la marque au TOP du référencement Google et aurait optimisé ses ventes de 25%. 

IKEA

Le cas UNO 

Coté relations presse, UNO nous surprend. À l’occasion du 50ème anniversaire du jeu, une vaste opération médiatique avait pour objectif de « teaser, révéler, émerger, amplifier et impliquer ». Concrètement, un communiqué de presse teaser a d’abord été envoyé aux médias et aux influenceurs. Dans un second temps, un reportage a été réalisé sur l’histoire de ce jeux emblématique de la pop culture. Enfin, une vidéo qui rappelait les vraies règles du jeu a été produite en partenariat avec Konbini. Le buzz immédiat a été fortement amplifié par les réseaux sociaux, avec 1,5 million d’impressions. Cette opération s’est clôturée par le premier tournois de UNO en France, une compétition qui a joui d’importantes retombées médiatiques.  

Uno

Le cas Del Arte 

Casser les codes aussi peut être une action opportuniste, à l’image de la chaine Del Arte, qui propose le tout premier abonnement mensuel de livraison de pizza. Finalement, après la téléphonie, les séries, la musique, les salles de sport… pourquoi pas les pizzas ? Evidemment, cette offre ne laisse personne indiffèrent et génère des milliers de réactions sur les médias et les réseaux sociaux.  

Del Arte

Le cas Amazon 

Que vous soyez passionné de foot ou non, cette campagne Amazon a le mérite d’être audacieuse. À l’occasion du lancement d’une série documentaire sur le PSG, « PSG, Ô ville lumière », la plateforme vidéo a diffusé une bande annonce truffée de fautes. Sans surprise, les fans de foot n’ont pas tardé à réagir, créant un faux badbuzz. Une occasion pour la marque de mettre au défi les internautes de retrouver l’intégralité des erreurs dissimulées. Résultats ? 325 000 vues et 2 millions d’impressions sur Twitter.   

Amazon Prime

#8 – Miser sur l’originalité des dispositifs et des contenus   

Pour émerger au sein d’un environnement concurrentiel, les marques sortent des sentiers battus et quittent les médias traditionnels pour déployer des stratégies inédites de hacking. D’ailleurs, Léo Burnett l’affirme : « Le secret d’une originalité efficace en publicité, ce n’est pas la création d’images ou de mots nouveaux et astucieux mais l’identification de nouvelles relations entre des images et des mots familiers ». 💡 C’est par le biais d’artistes et de créateurs de contenus, qu’une marque peut s’ériger au rang de marque relationnelle. 

Le cas Uber Eats 

On a l’habitude de voir des publicités Uber Eats avant les matchs de foot. Mais cette fois-ci, le service de livraison est allé plus loin, en s’incrustant littéralement dans un tunnel de publicité TF1, un dimanche soir à 20H55. Des notifications amusantes sont apparues à l’écran, commentant les campagnes de Burger King, d’Oasis, d’Extrême, de Carte Noire et de Free. Ce coup de maître, qui bouleverse les codes, est un moyen pour Uber Eats de mettre en avant ses offres de livraison au-delà de la restauration, que celles-ci soient alimentaires ou non.  

Uber Eats

Le cas Back Market 

Back Market s’est offert un joli coup de COM avec l’opération “hack market”, qui consistait carrément à hacker les produits en vente dans les Apple Stores. En effet, dans 6 boutiques européennes, les experts du reconditionné se sont appuyés sur la technologie AirDrop pour faire savoir aux clients qu’ils pouvaient faire un geste pour l’écologie en achetant les mêmes appareils remis à neuf, via leurs services. Une campagne qui s’appuie directement sur les points de vente concurrents pour semer le doute et recruter ! 

Le cas OUIGO 

Le hacking n’est pas réservé au secteur de l’électronique, puisqu’en janvier dernier, c’est la SNCF qui s’est prêtée à cette technique pour promouvoir son offre Ouigo. L’idée ? Faire rêver les gens à distance grâce à un dispositif webdoor innovant de webcams connectées avec les stations de ski desservies par la marque pour 10 euros seulement. Une invitation au voyage, qui mêle écologie et économie. 

Ouigo

Le cas CNP Assurances 

Et pourquoi ne pas faire appel à des humoristes pour gagner en visibilité ? C’est l‘idée qu’a eu CNP Assurances, en signant un partenariat avec le média Konbini et l’acteur et humoriste français, Baptiste Lecaplain. Dans des vidéos Konbini, ce dernier traduit le vocabulaire de l’assurance, qui trop souvent perd les non-initiés. Cette campagne de communication pédagogique et humoristique présente des définitions “en gros”. Résultats ? 5 millions d’impressions sur Facebook et 2000 interactions. 

Le cas MACIF 

La MACIF, quant à elle, propose aux internautes de démanteler un cartel. Pour sensibiliser la jeune génération aux dangers liés à la consommation de drogue, la mutuelle a développé une web série de prévention. Le contenu interactif met en scène Ludovik, youtuber et influenceur de renom. Ce sont aux internautes de l’aiguiller dans sa quête, au fil des 15 séquences conçues pour l’occasion. Au total, cette web série créative a été vue 6,9 millions de fois. 

Macif

#9 – Renforcer le lien avec ses communautés 

Le philosophe John Dewey nous rappelle que : « plus nous établissons d’interactions, mieux nous connaissons l’objet étudié ». 🤝 C’est pourquoi les marques redoublent d’inventivité en matière d’expériences communautaires, en se réinventant parfois dans des domaines qui ne sont pas initialement les leurs. 

Le cas JR East  

La société ferroviaire japonaise, JR East, s’est associée à The Pokémon Company pour célébrer son 150ème anniversaire. Ce partenariat a donné naissance à une expérience aussi incroyable qu’insolite, puisque 150 Pokémons avaient été dissimulés dans les gares et stations du pays, afin que les usagers puissent s’en emparer. Un défi national ludique, inspiré du jeu Pokémon GO. 

JR East

Le cas Coca-Cola  

Pour les fêtes de fin d’année, Coca-Cola renouvelle sa soirée karaoké, en direct depuis Piccadilly Circus. L’idée ? Faire chanter les Londoniens sur les musiques de Noël, notamment sur « Holidays Are Coming », musique phare de la campagne télévisée de la marque. Cette année, l’expérience communautaire a également été l’occasion de lancer le fameux Coca-Cola Christmas Truck Tour, un camion qui parcourt le pays, pour rassembler petits et grands autour des traditions de Noël.    

Coca-Cola

Le cas Nicolas Feuillatte 

Qui dit fêtes de fin d’année, dit champagne. À cette occasion, la marque Nicolas Feuillate a piégé des passants dans un parc public, avec un banc bleu a priori sans surprise. Une action marketing qui finalement sur révèle pleine de surprises et qui “libère les bulles”. 

Le cas Volkswagen  

C’est à Lacanau, capitale française du surf et de la VanLife, que Volkswagen a choisi d’organiser le California Festival, un rendez-vous inédit pour tous les fans du fameux Combi de la marque. En hommage à ce véhicule emblématique de la VanLife, passionnés et amateurs se sont réunis tout au long d’un week-end dans un slow village en pleine nature et ont pu assister un concert du groupe de Synthpop Synapson. 

Volkswagen

Le cas Duolingo 

La plateforme d’apprentissage de langues, Duolingo, quant à elle, décide de venir à la rescousse des tatoués du monde, victimes de mauvaises traductions. À l’occasion du World Tattoo Day, une journée dédiée à l’art du tatouage, l’application a proposé des traductions à ceux qui le souhaitaient, avec le hashtag #TatooDuoOver. Les traductions les plus ridicules ont par la suite pu bénéficier d’une séance gratuite de tatoo cover dans un studio parisien réputé. 

#10 – Miser sur le co-branding pour développer son business 

Si on en croit l’adage de John Fitzgerald Kennedy, « L’art de la réussite consiste à savoir s’entourer des meilleurs ». 💍 Il en va de même pour les marques qui, en s’associant entre elles, partagent des valeurs, créent des synergies et génèrent du chiffre.  

Le cas Ibis Styles x La Redoute Intérieurs 

Cette année, les 230 hôtels de la marque Ibis Style ont été décorés et meublés par La Redoute Intérieurs. Ce partenariat audacieux permettait aux clients Ibis Style de découvrir un univers décoratif alliant style, créativité et accessibilité. Une véritable vitrine à taille humaine, dans laquelle il était possible de tester le mobilier, de s’inspirer de son agencement et même de l’acheter via un système de QR Code. Pour aller encore plus loin dans le co-branding, chaque hôtel était aménagé de manière unique. Êtes-vous plutôt ambiance vintage à Toulouse ou ambiance végétale à Lyon ?  Finalement grâce à ce dispositif, La Redoute Intérieurs a créé de la préférence de marque, réduit son taux de retour (34%) et attiré de nouveaux publics (13%). Le tout, générant 6,4 millions d’impressions.   

La Redoute x Ibis Style

Le cas Clarins x Air France 

Voilà encore un exemple de co-branding qui fait sens, celui de Clarins et d’Air France. La compagnie aérienne a récemment accueilli un espace de soins Clarins, dans le salon de l’aéroport New-York JFK. Dans cet institut éphémère de 30m2, la clientèle premium d’Air France peut bénéficier d’une expérience unique entre deux avions, mêlant produits phares et expertise de la marque de soins.  

Clarins x Air France

Le cas Franprix x Decathlon 

Si vous êtes client Franprix, vous avez peut-être eu la chance d’apercevoir un rayon Décathlon dans votre magasin. Avec l’opération de street marketing « Franprix ça dépanne. Même pour ce vélo. », la marque de distribution s’adresse à ses clients urbains et cyclistes et leur rappelle que tout ce dont ils ont besoin se trouve chez Franprix. Pour accompagner ce partenariat, plus de 500 housses de vélo brandées ont été disposées sur les selles des vélos en Ile de France. Enfin, la collaboration a été valorisée sur les réseaux sociaux grâce à des campagnes influenceurs.  

Franprix x Decathlon

Le cas Burger King x Free 

Le co-branding peut également créer le buzz, c’est le cas de Burger King et de Free, qui se sont livrés un combat de community management hilarant sur les réseaux sociaux. La chaine de fast food avait pris pour cible l’opérateur sur Twitter, en présentant son nouveau burger, le Master Poulet, dans un visuel légendé “il est frit, il a tout compris.” Immédiatement, Free répond en mettant au défi Burger King de créer une Fritbox. Bien sûr, le challenge est aussitôt accepté et le hashtag #fritbox permettait aux 100 premiers clients qui passaient commande sur l’application BK, de profiter d’une offre promotionnelle exclusive. Orchestrée en co-branding, une prise de parole comme celle-ci permet d’accroitre sensiblement la visibilité des 2 marques.  

Burger King x Free

#11 – Développer son patrimoine pour promouvoir sa marque 

Les marques déploient leur branding en développant leur patrimoine, afin de s’ériger en véritable référence culturelle. Car, comme le confirme Jean-Luc Lagardère : « La communication est une science difficile. Ce n’est pas une science exacte. Ça s’apprend et ça se cultive ». 🌱 

Le cas Ubisoft 

L’éditeur de jeux vidéo a lancé un grand concours de photographie in-game, à l’échelle mondiale. Pendant un mois, la plateforme devenue gratuite, incitait ses joueurs à utiliser le photomode. En quelques semaines, des milliers d’internautes à travers le monde ont été reçus par les équipes d’Ubisoft. Les plus belles captures ont eu la chance d’être exposées à l’Ideal Glass Studio de New-York et de compter parmi les œuvres de la première exposition collective consacrée à la photographie in-game. Une manière de valoriser le gaming comme discipline à part entier et de mettre à l’honneur les créateurs de jeux. A se demander qui sont finalement les artistes ! 

Ubisoft

Le cas LVMH 

Avez-vous déjà participé aux “Journées Particulières” organisées par LVMH ? Ce sont des visites qui permettent au grand public d’explorer les coulisses des maisons de luxe du groupe et de découvrir leurs savoir-faire. Et pour promouvoir ces journées portes ouvertes, c’est Antoine Arnault, himself, qui s’est mis en scène avec humour. 

Le cas Lidl 

Lidl développe son patrimoine de marque en développant des collections exclusives, avec par exemple la collection Djibril Cissé. La rareté des produits a permis à la marque d’accroitre encore davantage leur succès, poussant les clients à faire des heures de queue devant les boutiques de l’enseigne. Désormais, cette collection fait partie intégrante du patrimoine de Lidl.  

Lidl

Le cas Heetch 

Good people ride with Heetch”. C’est le slogan que prônent les vêtements très pop culture, commercialisés par la marque Heetch. La collection capsule ne compte que 5 produits inédits : le Hood’Heetch, la Casquette French, la Chaussette Sport, le Tee-shirt et le Tee-shirt Japan.  

Heetch

Le cas Evian 

À l’occasion de l’US Open de New-York, la marque d’eau minérale s’est associée à la marque spécialisée dans la production de chaussures en matières recyclées, Rothy’s. En collectant et recyclant 72.000 bouteilles d’eau, Evian a lancé une collection capsule inspirée de l’univers du Tennis. Les produits de cette collection, accessibles à toutes les bourses, ont été très rapidement victimes de leur succès. 

Evian

Le cas Renault 

En matière de patrimoine de marque, une dernière initiative a interpelé la team We Are COM, « The Originals Renault », véritable musée virtuel de la marque. Les modèles présentés, issus de la collection Renault Classic du constructeur, ont fait l’objet d’un scan en 3D. Miniatures, jouets, vêtements et accessoires sont proposés à la vente dans un e-shop comprenant pas moins de 400 références. 

Renault

#12 – Signer des COM internes qui mobilisent 

Plus que jamais, les stratégies de communication interne se veulent mobilisatrices. 👊 Le collabor’acteur est mis en avant, avec pour principal objectif de l’embarquer dans un projet inédit. Dominique Walton nous rappelle d’ailleurs que : « L’enjeu est moins de partager ce que l’on a en commun que d’apprendre à gérer les différences qui nous séparent. » 

Le cas SOMFY 

Quels sont les bons comportements à adopter face aux menaces de cybersécurité ? Somfy interpelle et sensibilise l’interne face aux cybermenaces grandissantes, via un véritable thriller en format podcast. La marque souhaite à travers cette campagne, impliquer l’ensemble des collaborateurs face à ces problématiques, qui ne concernent plus uniquement les “geeks” du service informatique. “Ne faites pas entrer le hacker” met en scène Jack stones, un hacker qui se vante de ses exploits depuis sa cellule de prison. Un cas d’école qui nous rappelle le « Hacking Diner » d’Elior. 

Le cas Edenred  

Edenred, c’est plus de 10.000 collaborateurs répartis dans 46 pays. Comment les fédérer ? Et pourquoi pas autour du sponsoring sportif, et notamment celui du bateau Class40, participant à la fameuse course Jacques Vabres ? Afin d’impliquer tous les collaborateurs, le leader des solutions de paiement a lancé la plateforme “Red Boat Trip Challenge”. Après avoir reçu une marquette du Class 40, chaque collaborateur a pu participer à un challenge photo et a été encouragé à partager sa réalisation sur les réseaux sociaux. Un bel exemple d’engagement interne, qui se répercute également sur l’externe. Le “Red Boat Trip Challenge”, c’est +90% d’utilisateurs actifs et +276% d’actions internes sur la plateforme.  

Edenred

Le cas Crédit Agricole 

Et cette section se termine par un projet du groupe Crédit Agricole, qui s’est fait remarquer en investissant le métaverse. L’objectif ? Concevoir une expérience sur The Sandbox, à l’occasion de “L’Innovation Show by CA 2023”, afin que l’interne puisse y expérimenter les possibilités de narration et de gamification. De nombreux collaborateurs se sont donc adonnés à l’expérience du métaverse, en répondant aux défis et challenges proposés par la banque française.  

#13 – Soigner sa marque employeur 

Enfin, « La véritable rareté est maintenant l’attention humaine » nous fait remarquer Satya Nadella, PDG de Microsoft. 🔍 En communication, les marques également sont à la recherche de cette attention des talents, et pour cela, il leur faut encore une fois redoubler de créativité.  

Le cas Société Générale 

Pour recruter ses talents, la Société Générale mise sur une campagne audacieuse, un calendrier qui ne parle qu’aux experts de l’intelligente artificielle. Ce calendrier, qui rappelle celui de Github (plateforme de gestion de développement de logiciels), au-delà d’interpeler de manière particulière ces experts de l’IT, attise la curiosité de tous. Mais que se cache-t-il derrière ce contenu ? 

Société Générale

Le cas Burger King 

Un manque de personnel peut avoir de lourdes conséquences dans un restaurant : qualité du service, temps d’attente interminable, erreur dans les commandes, mauvais avis sur le web… Au lieu d’ignorer tous ces problèmes, Burger King a décidé de s’y attaquer avec malice et humour, en prenant le parti de répondre aux commentaires négatifs, laissés par les clients insatisfaits sur internet.  

Burger King

Le cas McDonald’s  

Enfin, on termine les tendances de 2023 avec le premier recruteur en France, McDonald’s. La chaine de fast food choisit de valoriser sa marque employeur aux arrêts de bus et dans les gares, grâce à la technologie du QR Code. Un moyen intelligent d’inciter les jeunes à postuler directement avec l’objet qu’ils manipulent H24… leur téléphone. 

Mc Donald's

Les Tendances, on récapitule ?

13 Tendances 2023

Rejoignez le Club We Are COM ?

Le Club We Are COM permet aux professionnels de la communication de progresser ensemble lors de moments de partage de bonnes pratiques uniquement entre pairs, tous secteurs confondus. Objectif : une montée en compétences collective notamment grâce à un atelier chaque mois sur des cas concrets, des réponses aux grands défis de la COM, des rencontres avec des experts de renom, etc. Toujours des échanges en toute transparence et indépendance basés sur des retours d’expérience : 0% autopromotion, 100% conviction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *