Les métiers de la communication digitale – Episode #4

🚀 Les mini-salons des métiers de la Communication We Are COM X ISCOM, vous dévoilent le parcours et le quotidien des communicants. Tour d’horizon de la communication digitale dans cet épisode #4 ! 🤓

La communication digitale, c’est quoi ? 

Nous devons passer de la création de messages à l’accroissement des connexions. Passer du ciblage d’individus à l’engagement des communautés

Chuck Brymer, CEO DDB Worldwide

Il ne faut pas perdre de vue les trois objectifs communs à toute action de communication : 👇

  1. Se faire connaître : développer sa notoriété est primordial.
  2. Se faire aimer : il est important de se rendre attractif, de susciter de l’émotion.
  3. Faire agir : l’objectif final reste de faire passer le client à l’action, à l’achat.

💻 Avec la révolution du numérique, la communication digitale est plus que jamais indispensable. Dans le monde en 2020, 67% de la population mondiale utilise un mobile, 59% internet et 49% les réseaux sociaux

Et plus concrètement ? 

Les canaux digitaux sont nombreux : sites web, emailing, espace publicitaires numériques (display, native ads, cover, billboard, etc.), mobile et réseaux sociaux. A l’heure du big data, c’est le big bang des métiers de la communication. 💥 

Les marques évoluent au rythme des évolutions technologiques et de l’apparition incessante de nouveaux média. Dans cet écosystème digital, il est important de répondre à toute une nouvelle série de tâches, d’enjeux et de besoins. 

La communication digitale a quatre grands objectifs :

Se faire connaitre : il est important d’être visible là où sont nos cibles.

Développer l’image de la marque : il faut susciter un intérêt permettant de créer une préférence. 

Accompagner les temps forts : le soutien, lors d’évènements, lancements ou opérations diverses, est fédérateur. 

Perdurer : sans cesse nourrir le lien de confiance que nous avons réussi à générer. 

Qu’en pensent les directeurs de la communication ? 

Les contraintes de notre métier sont de plus en plus nombreuses. Avec le développement des réseaux sociaux les communicants doivent apprendre à traiter avec autant de considération tous leurs publics. 

Dominique Benneteau-Wood – DirCOM du groupe Engie

Mon conseil est un paradoxe : il faut allier créativité personnelle et qualité d’exécution collective pour réussir dans le monde de la communication aujourd’hui et demain

Dominique Danaé, DirCOM de Microsoft France

Où se trouvent les jobs de ce secteur ?

Les principaux jobs chez l’annonceur

💪 Citons d’abord le job digital brand manager. Véritable gardien de la marque sur le web, il gère sa e-réputation, pilote les dispositifs en cas de crises digitales. Enfin, il développe et mesure les actions. Pour être digital brand manager, il vous faut avant tout être curieux et ouvert d’esprit. La créativité et l’esprit de leader sont également de mise. 

🔎 Le responsable Inbound marketing est un communicant polyvalent. Il doit savoir gérer à la fois la stratégie inbound (celle qui favorise la génération de leads, soit de prospects / de futurs clients), les projets, la rédaction et la diffusion. Pour cela, il lui faut une aisance relationnelle, un fort esprit d’équipe ainsi qu’un sens de l’analyse très pointu. 

📑 Enfin, le chargé de COM digitale est l’expert de toute la dimension numérique. Il gère la ligne éditoriale des contenus digitaux, assurant également le suivi technique. La maîtrise des outils numériques lui est indispensable et un fort dynamisme lui est préférable. 

Vous retrouverez également chez les annonceurs toutes sortes de chargés de communication spécialisés : webmaster, community manager, social media manager, trafic manager, etc.

Les principaux jobs en agence

🤓 Essentiel, le consultant SEO c’est « monsieur Google ». Le SEO correspond au référencement naturel sur les moteurs de recherche (Google, Bing, Yahoo, Qwant, etc.). Ce consultant réalise des audits, développe la stratégie de contenu SEO et effectue des veilles concurrentielles. Il doit avoir un rédactionnel irréprochable, une capacité d’analyse affutée et enfin une bonne culture du Web.

📊 Enfin, l’UX designer se charge de l’expérience utilisateurs de sites ou d’applications mobiles. Il réalise des audits qui lui permettront de définir la stratégie digitale adéquate. Il gère la mise en application de cette dernière, tout en mesurant et analysant ses résultats. 

Notez que cette liste est non exhaustive. En agence, nous trouvons également des directeurs conseil, consultants digitaux, community managersetc.

Quelles sont les grandes tendances du secteur ? 

  • > Les jobs qui offrent le meilleur salaire à l’entrée : Community manager, chargé d’acquisition, chargé de CRM, UX designer. 
  • > Les jobs qui recrutent le plus de jeunes : chargé de webmarketing, e-merchandiser et community manager.

Paroles d’experts 🎙

Nous avons la chance d’échanger avec Virginie Ziegler du côté annonceur, et Olivier Bouas-Laurent, accompagné d’Angélique Bordas, du côté agence.

Bonjour à vous trois ! 👋 Quel est votre job à chacun ?

Virginie Ziegler : Je suis RP & média manager pour le géant du recrutement Randstad. Je gère la stratégie et le discours de marque. Je coordonne les actions de communication. Je m’occupe également de l’évènementiel, notamment dans le secteur du eSport

Olivier Bouas-Laurent : Je suis directeur général adjoint stratégie & création, d’Isoskèle. Cette agence de communication est notamment en charge du data marketing au sein du groupe La Poste. 

Mon rôle est de définir et concevoir des identités de marque. Pour cela il me faut analyser et comprendre les données, structurer et enrichir la captation des datas, archiver et enfin mesurer les campagnes de communication et de marketing. 

Angélique Bordas : Je travaille avec Olivier pour Isoskèle, filiale du groupe La Poste. Je suis la directrice des ressources humaines de l’agence. Je gère donc au quotidien la politique de recrutement et les carrières des talents de l’agence. 

👉 Pourquoi et quand avez-vous décidé de vous orienter vers le secteur de la communication ?

V. Z. : Après mon Bac, je ne souhaitais pas m’orienter vers des études de commerce (comme beaucoup). J’ai donc décidé de passer un concours pour intégrer une école de communication. A l’époque, je me souviens, cela inquiétait mes parents. 

Aujourd’hui, encore beaucoup d’étudiants se dirigent vers les écoles de commerce pour finalement atterrir en marketing ou en communication. C’est tout de même très étrange non ?

O. B-L. : Je vous l’accord. Pour ma part, j’ai été attiré très jeune par la manière de formuler un message qui interpelle ! Ce jeu qui fait appel avant tout à l’intellect m’a plu. Je me souviens encore du vieux slogan du Crédit Lyonnais (aujourd’hui LCL) « Le pouvoir de dire oui ! ». Les postures de marques m’ont toujours fasciné. C’est donc tout naturellement que j’ai intégré une école de communication. 

A quoi ressemble une journée type dans votre agenda ? 🗓

V.Z. : Dans notre métier, vous ne voyez que la face émergée de l’iceberg. Nous sommes des faiseurs, des logisticiens de l’ombre, et cela demande extrêmement d’investissement comme de polyvalence. On avance en « mode projets ». 

Il n’y a donc pas à proprement parler de journée type. Et je m’oblige d’ailleurs à réserver 20% de mon temps à la gestion des imprévus, qui sont monnaie courante dans le quotidien d’un communicant.

Le tout est de bien gérer son temps. Mes astuces sont de réserver une heure le matin et le soir pour consulter mes mails (sinon on n’y passe la journée). Je me fais quotidiennement des to-do-lists pour le lendemain. Je limite mes rendez-vous et refuse toute réunion qui n’a pas d’ordre du jour établi (stop à la réunionnite aigue !). Et surtout, je garde du temps pour les veilles, il faut sans cesse stimuler votre curiosité en allant voir ce qui se fait ailleurs. 

A. B. : Effectivement, l’emploi du temps type n’existe pas, dans ce secteur aucune journée ne ressemble à ce qu’on avait prévu. C’est en cela que la COM est un secteur très stimulant.

O. B-L. (en souriant) : Mes journées ne vous intéresseront pas, je préfère vous parler de celles qui seront les vôtres demain. L’explosion du digital vous demandera d’être partout. Vous exécuterez une multitude de tâches aussi passionnantes que chronophages. Il vous faudra faire preuve de ce que j’appelle une « concentration flash », c’est à dire qu’il vous faudra fragmenter votre cerveau, afin de vous plonger de manière rapide (quelques minutes) et optimale dans chacune de vos différentes missions à réaliser.  

Aujourd’hui ou demain, qu’est ce qui est le plus stimulant dans votre métier ? 

V. Z. : C’est tout ce que nous venons d’évoquer : malgré la structure initiale de nos projets, nous affrontons sans cesse des imprévus. La gestion d’urgence, c’est se plonger à corps perdu dans une multitude de tâches très variées. C’est fatiguant, parfois perturbant, mais tellement stimulant ! 

J’ajouterai qu’en communication on apprend tous les jours et ça fait 30 ans que je suis dans le secteur. Si vous estimez ne plus rien avoir à découvrir, changez de job illico. 😀

A. B. : Côté agence, il est très stimulant d’avoir le pouvoir d’influencer, voire même de transformer la stratégie d’une marque. Ce qui est merveilleux dans nos métiers c’est la capacité d’échange. Nous ne sommes jamais seuls face à un projet. Le collectif nourrit la créativité de chacun. Enfin, si on ne s’arrête jamais, on ne s’ennuie jamais ! 

Quelles sont les grandes évolutions en communication digitale selon vous ? 📈

O. B-L. : Avec le digital – encore plus qu’auparavant – la communication est partout, et ceci ne va pas s’arrêter là. On parle aujourd’hui « d’omnicanalité ». Ces métiers du digital ont un bel avenir devant eux. J’ai la conviction que nous nous sortirons de la crise économique avec et grâce à eux. Il y aura certainement une réorganisation des jobs de ce secteur, qui seront peut être les vôtres. Ce sera dynamique, et je pense assez dingue !

Aujourd’hui, les métiers stars sont ceux du social media, de l’UX design et du datamining. Dans les prochaines années, je pense qu’exploseront les professions de l’inbound marketing, du CRM autour de la data augmentée (fidélisation clients), du search, du gaming et de la RSE (communication responsable).

V. Z. : Le digital a ses propres codes. Comment s’adresser à nos cibles, de quelle manière, avec quels outils et pour quels objectifs ? L’enjeu principal reste d’apporter à l’internaute une réponse extrêmement rapide, sinon il passe à autre chose. Il faut non seulement capter, mais également garder l’attention du prospect. 

Côté marque, nous mettons un point d’honneur à rendre notre parcours client web le plus fluide possible. Il doit être ergonomique et avoir une forte réactivité dans ses réponses. Le vrai challenge c’est l’intégration continue des évolutions du digital.

🔦 Avez-vous un conseil pour les étudiants et futurs communicants ? 

V. Z. : N’oubliez pas une chose : en agence ou chez l’annonceur, vous allez travailler, et travailler dur. Il vous faudra être avant tout à l’écoute et avoir l’esprit d’équipe. Nous ne travaillons jamais seul dans nos métiers. Le communicant fait partie d’un tout, il est le maillon d’une chaîne qui fait ressortir le meilleur de chacun. 

O. B-L. : Il faut également être un passionné, mais un passionné de TOUT ! La curiosité est indispensable, car il vous faudra sans cesse acquérir et (re)acquérir une vision 360° pour avoir toujours un cran d’avance. 

Angélique, en qualité de DRH, quels sont les premiers salaires en communication digitale ? 💸

A. B. : Cela va énormément dépendre du métier exercé et du niveau d’expertise. Je donnerai une fourchette large : entre 28K et 35K. 

Virginie, faut-il avoir des compétences particulières pour travailler dans l’eSport ? 🕹

V. Z. :Attention, il n’y a pas à proprement parler de « métiers du eSport », ce sont des métiers du marketing et de la communication avec une appétence pour le gaming. Mon conseil est le suivant : restez le plus large possible et ne vous spécialisez pas trop car nous vous demanderons toujours d’être polyvalent. 

Si ce secteur vous passionne, je vous recommande la newsletter AFJB (agence française pour le jeu vidéo) qui propose des offres de stages dans les domaines de l’eSport et du gaming. 

Virginie Ziegler

Responsables Relations Publiques & Média chez Randstad France

Olivier Bouas-Laurent

Directeur Général Adjoint de l’agence Isoskèle

Angélique Bordas

Directrice des Ressources Humaines de l’agence Isoskèle

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *