Police d’écriture : ne laissez rien au hasard !

Comment choisir ses polices de caractères ?

Quel est le point commun entre (pour ainsi dire) tous les contenus textuels présents sur Internet ? Qu’ils aient été écrits à des fins de SEO, pour présenter joliment des produits sur un site, pour informer les internautes sur un sujet d’actualité… ce qui les relie, c’est leur objectif : être lus ! Si cela peut paraître élémentaire, la question est bien plus complexe que l’on pourrait penser. Car pour pouvoir être lus, encore faut-il que vos contenus soient lisibles, de préférence par le plus grand nombre. La grammaire a bien entendu son rôle à jouer, mais c’est à l’aspect purement visuel que nous faisons ici référence : votre police d’écriture. Si vous n’avez jamais réellement prêté attention à ce « détail », cet article est pour vous !

Une police d’écriture, qu’est-ce que c’est ?

La police d’écriture, c’est, en quelque sorte, le « look » des mots qui composent votre texte, leur forme, si vous préférez. Que vous lisiez un roman, un site web, un article de presse, un panneau publicitaire, les ingrédients sur le packaging d’un aliment, le logo d’une entreprise… le texte en question est visuellement harmonisé d’une certaine manière. Cette apparence concerne les lettres, mais aussi les chiffres, les symboles, la ponctuation, et l’ensemble des autres caractères qui peuvent être utilisés. Les polices de caractères sont regroupées par familles et peuvent être extrêmement différentes les unes des autres. Ainsi, si certaines sont considérées comme professionnelles, d’autres peuvent être plutôt amusantes, littéraires, etc. Certaines ont d’ailleurs acquis une réputation extraordinairement négative, comme la tant conspuée Comic Sans. Cliquez ici pour en savoir plus sur l’histoire des polices d’écriture.

Comment se distinguent les différentes polices d’écriture ?

Comme nous l’avons évoqué, les polices d’écriture sont organisées selon plusieurs catégories, 5, pour être exact :

  • Les polices sérif, qui comportent des empattements ;
  • Les polices sans-sérif, sans empattement, également appelées linéales ;
  • Les polices monospaces, où tous les caractères ont exactement la même largeur ;
  • Les polices cursives, ou scriptes, qui imitent l’écriture manuelle ;
  • Les polices décoratives ou spéciales.

Police de caractère et écriture inclusive : un mariage impossible ?

Là où les choses se compliquent, c’est pour choisir une police de caractères, en tout cas si vous souhaitez que votre texte puisse être lu confortablement par le plus grand nombre. En effet, il ne s’agit malheureusement pas d’une affaire de préférence. Jusqu’à récemment, on sélectionnait beaucoup ses polices en fonction de la « mode », en privilégiant presque toujours les polices avec empattement pour l’imprimé et les caractères sans empattement pour le numérique. Seulement voilà : toutes les personnes ne sont pas égales devant la lecture et, plus particulièrement, devant la manière dont une police d’écriture peut leur simplifier ou, au contraire, leur compliquer la tâche.

Depuis l’avènement de l’écriture inclusive, notamment, il est de bon ton de faire preuve de davantage de considération. L’idée est de faire en sorte que nos habitudes de communications, qu’elles soient orales ou écrites, ne risquent pas d’être une source d’exclusion. Alors que l’écriture égalitaire entre peu à peu dans les mœurs, l’accessibilité des typographies fait, elle aussi, l’objet de questionnements.

Heureusement, il existe désormais des polices qui permettent de prendre en compte les besoins des personnes dyslexiques ou qui, pour quelle que raison que ce soit, peuvent peiner à déchiffrer du texte sur le web.

Pour renforcer votre visibilité, choisissez une police inclusive

Il existe des polices d’écriture développées spécialement pour offrir une lisibilité optimale au plus grand nombre de personnes possible. Cependant, vous ne les trouverez peut-être pas idéales pour l’esthétique votre site web, par exemple. Une bonne règle consiste plutôt à éviter les polices « extravagantes », comportant des fioritures qui pourraient gêner la lecture, et à privilégier des typos simples, de préférence sans sérif.

Pour bien faire, limitez-vous à deux ou trois polices différentes sur l’ensemble de votre site, maximum. Vous ne prendrez ainsi pas le risque de surcharger vos pages. N’hésitez pas à utiliser le site Google Fonts pour télécharger des polices modernes, que vous pourrez sélectionner en fonction du type de texte et de leur compatibilité avec la taille souhaitée.

Typographie : l’art et la manière

La police d’écriture doit permettre au corps de texte d’être aussi agréable à lire que possible. Pour cela, privilégiez une taille comprise entre 14 et 20 px pour la version desktop de votre site. Pour une version tablette, l’idéal reste 13 à 19 px, et pour une version mobile, 12 à 16 px. 

Ne négligez pas non plus l’interlignage, qui sert à aérer votre texte pour un meilleur confort de lecture. Optez pour un interligne compris entre 100 % et 150 % de la taille de votre police. Trop d’espace serait aussi néfaste que pas assez !

Vous devrez également choisir de justifier ou non votre texte. En l’occurrence, la justification est souvent préférée parce qu’elle permet de donner au texte un aspect plus « propre ». Et pourtant, une telle mise en page demande à l’œil de fournir un effort plus important pour retrouver le début de chaque ligne et compenser l’effet des espaces inégaux au sein du texte.

Si vous souhaitez vous documenter davantage sur le sujet, consultez les lignes directrices pour l’accessibilité des sites web (Web Content Accessibility Guidelines en anglais) proposées par le W3C, l’organisme international qui standardise le web.

Incontournable lorsque l’on crée n’importe quel contenu pour le web, le choix de la police d’écriture a davantage de ramifications que l’on pourrait le penser. L’accessibilité de votre contenu est un élément aussi important que les informations qu’il met en avant et, à ce titre, mérite toute votre considération. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.